Accueil > Pour en savoir plus > OGM > Animaux OGM > "Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique" (...)

"Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique" par Testbiotech

Traduction et compléments de Jacques Hallard

samedi 31 août 2019, par Testbiotech


ISIAS Animaux génétiquement modifiés OGM

Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique

Avec ajout dne sélection d’articles d’actualités sur l’édition génomique et sur las animaux génétiquement modifiés

D’après un Communique de TESTIBIOTECH 22/02/2018 10:38 - Liebe UnterstützerInnen von Testbiotech (Chers supporters de ‘Testbiotech’).

Institut für unabhängige Folgenabschätzung in der Biotechnologie (Institut indépendant pour l’évaluation des impacts dans le domaine des biotechnologies) – Voir (en allemand) : https://www.testbiotech.org/testbiotech et https://www.testbiotech.org/

https://www.testbiotech.org/sites/default/files/styles/medium/public/Schwein_01_logo.jpg?itok=xpK_T0Dy

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Cette semaine, sur notre site web, [Genetically engineered “super-muscly pigs” for the meat industry - Genetically engineered pigs could be marketed in the EU without risk assessment or labelling], nous présentons un nouvel exemple d’animaux manipulés [ou animaux génétiquement modifiés] dans leur génome à l’aide des nouvelles techniques de génie génétique : les « animaux super-musclés » pour l’industrie de la viande. En utilisant des ciseaux à gènes tels que CRISPR/Cas, les porcs et les bovins avec une croissance musculaire accrue peuvent être créés. Cela a déjà été réalisé avec certains animaux en Chine, et des brevets ont même été déposés pour ces porcs et ces bovins génétiquement modifiés.

[Selon Wikipédia, « Un animal génétiquement modifié est un animal vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par l’Homme. Un animal transgénique est un animal au génome duquel a été introduit par transgénèse un ou plusieurs gènes… » Article à lire sur le site suivant https://fr.wikipedia.org/wiki/Animal_g%C3%A9n%C3%A9tiquement_modifi%C3%A9 ].

[Selon Wikipédia : « Voir l’article «  CRISPR-Cas 9, l’outil qui révolutionne la génétique  » - Un système de défense immunitaire bactérien, CRISPR-Cas9, est devenu un outil précis, simple et universel pour modifier les gènes de n’importe quelle cellule à volonté. Un frein majeur de la génétique est levé. Par Emmanuelle Charpentier et Pierre Kaldy 15mn Publié le 23/09/2015 à 00h00 – Document

Pour la science].

’Porcs super-musclés’ génétiquement modifiés pour l’industrie de la viande

De quoi s’agit-il ? -
De nouvelles méthodes de génie génétique, telles que les ciseaux à gênes CRISPR / Cas, sont utilisées pour produire des animaux avec une croissance musculaire améliorée. Ce sont des ’cochons super-musclés’. Diverses expériences ont été menées avec des porcs, des bovins, des moutons et des chèvres pour ’knock-out’ (inhiber) le gène de la nystatine (MSTN) qui contrôle la croissance musculaire. Si le gène MSTN est perturbé, il y a une prolifération anormale des cellules musculaires. Ces expériences ont réussi chez certains animaux ; et dans certains cas, des brevets ont été déposés sur les porcs et les bovins résultants.

[D’après Wikipécia, « La myostatine (anciennement connue sous le nom de Growth differentiation factor 8 (GDF 8)) est un facteur de croissance qui limite la croissance des tissus musculaires1. Elle fait partie de la famille des TGF bêta-1. Son gène est le MSTN situé sur le chromosome 2 humain… » Article à lire sur le site suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Myostatine ].

[Autre communiqué : « Dossier : inhiber la Myostatine - Comprendre le mécanisme de la Myostatine et ses fonctions pour voir l’intérêt de son inhibition pour accroître sa masse musculaire.. »..

Pourquoi est-ce problématique ?

Les intérêts économiques sont clairement au premier rang de ces expériences tandis que le bien-être des animaux est complètement négligé.

Il y a eu de sérieux problèmes avec les porcelets : Les premières expériences en Chine ont été réalisées avec 900 embryons, mais seulement 8 porcelets ont montré les caractères désirés. Tous sont morts dans les premiers mois de la vie. Les porcelets ont eu des problèmes de santé tels que des langues épaissies.
En outre, de nombreuses expériences semblaient produire des animaux plus sains. Cependant, il est difficile d’établir si ces animaux sont vraiment en bonne santé parce qu’ils ont été abattus tôt pour une utilisation dans d’autres expériences.

Il semble que même les scientifiques s’inquiètent des conséquences de leur travail : une équipe de scientifiques coréens envisage de vendre le sperme des cochons génétiquement modifiés pour l’élevage avec des cochons « normaux », dans l’espoir que les animaux qui en résulteront seront en meilleure santé et pas tout à fait aussi musclés.

Les méthodes de clonage sont souvent utilisées dans la recherche et le développement de « bimoteurs ». Ceux-ci peuvent également conduire à de nombreux effets secondaires indésirables, tels que des effets néfastes sur la santé et les morts à la naissance.

Actuellement, il n’est pas clair dans quelles conditions les animaux doivent être gardés. Auraient-ils besoin de plus de nourriture et plus de protéines dans leur alimentation pour une masse musculaire supplémentaire ? Cela poserait de nouveaux défis dans l’agriculture. Selon toute probabilité, plus d’antibiotiques seraient nécessaires en raison des animaux qui seraient plus sensibles au stress et aux maladies.

Divers intervenants exigent que plus de plantes et d’animaux génétiquement modifiés soient approuvés pour la commercialisation sans aucune exigence d’évaluation des risques ou d’étiquetage, si aucun gène supplémentaire n’a été inséré. En l’espèce, des descendants de porcs originaires de Chine et de Corée du Sud pourraient entrer inaperçus sur le marché de l’Union Européenne.

Informations supplémentaires

La peste porcine africaine est maintenant plus fréquente en Europe et, par conséquent, les chercheurs en génétique se sont concentrés sur la production de porcs résistants à cette maladie. Dans des expériences, ils ont utilisé des techniques d’édition génétique pour transférer un gène de porcs verruqueux qui confère une résistance à la peste porcine aux porcs à l’engraissement.

[D’après Wikipédia : « La peste porcine classique est une maladie virale contagieuse qui touche les suidés (dont le porc domestique et le sanglier) qui en seraient le seul « réservoir sauvage ». Faute de traitement efficace connu, les porcs et autres suidés malades doivent être abattus, enterrés ou incinérés dans les conditions sanitaires appropriées et dans le respect de la réglementation locale et internationale (Code OIE). La gravité et la contagiosité du virus rend nécessaire l’identification de la zone infectée, l’élimination des animaux touchés, la désinfection complète du site et le contrôle des déplacements des suidés et matières à risque. Remarque : Il existe aussi une peste porcine africaine, également à déclaration obligatoire. Ces maladies ne sont pas des zoonoses (pas transmissibles à l’homme)…. » Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_porcine ].

Si ces porcs génétiquement modifiés arrivaient sur le marché européen de l’engraissement, cela pourrait avoir de graves conséquences pour l’élevage porcin dans son ensemble : si les porcs transgéniques pourraient ne pas être atteints par le virus de la peste porcine, ils pourraient néanmoins transmettre le virus. Par conséquent, la fièvre pourrait se propager et affecter la production d’animaux non génétiquement modifiés parce que ces porcs ne seraient pas résistants.

Cela pourrait signifier que les éleveurs de porcs n’auraient pas d’autre choix que d’utiliser des animaux génétiquement modifiés - ce qui pourrait mener à l’interdiction complète de l’élevage porcin non modifié. En fin de compte, cela pourrait être une opportunité d’affaires énormes pour les développeurs de porcs brevetés.

Année de publication : 2018 - Plus d’informations > Further information : ’Nature’ article – Source : https://www.testbiotech.org/en/node/2155

Haut du formulaire

Bas du formulaire

’Porcs super-musclés’ génétiquement modifiés pour l’industrie de la viande

Tout récemment, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union Européenne a publiquement déclaré sa position sur la question de savoir si les nouvelles méthodes de génie génétique, connues sous le nom de modification génétique [OGM], devraient relever de la réglementation de l’UE sur les OGM. Son affirmation manque d’une distinction claire entre les processus d’élevage conventionnels et les nouvelles techniques d’édition génétique. La décision du tribunal de l’UE est attendue dans quelques semaines ou quelques mois.

[Selon Wikipédia, « Edition génomique - La correction de séquence génomique (Genome Editing pour les anglophones) ou « correction du génome avec des nucléases modifiées », (aussi désigné par l’acronyme GEEN, pour « genome editing with engineered nucleases »), ou souvent improprement appelée édition génomique ou édition du génome (expressions à éviter car le mot anglais ’editing’ ne correspond pas à édition), ou encore parfois dite édition génétique (mais cette expression est aussi à éviter car ayant d’autres sens1) regroupe un ensemble de techniques de manipulations du génome via la « réécriture du matériel génétique » 2. Ces techniques peuvent être appliquées aux plantes, aux animaux3, aux champignons et aux microbes. Certains laboratoires proposent d’aussi de les appliquer au génome humain… » Article complett à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dition_g%C3%A9nomique ].

Si le jugement prochain de la Cour de justice de l’UE crée effectivement des failles importantes, les décideurs politiques doivent prendre des mesures pour, par exemple, empêcher les importations incontrôlées de ces porcs génétiquement modifiés. À la lumière de l’incertitude juridique, Testbiotech apprécie que dans le traité de coalition politique du nouveau gouvernement potentiel [en Allemagne], il y ait des déclarations soutenant le principe de précaution et le choix du consommateur.

[D’après Wikipédia, « Les coalitions gouvernementales en Allemagne rassemblent des partis politiques soit au niveau fédéral, soit au niveau d’un Land. Elles sont généralement désignées par référence aux couleurs qui symbolisent les grands partis.

Les coalitions sont d’usage en Allemagne, tant au niveau fédéral — où seul le cabinet Adenauer III, de 1960 à 1961, n’était pas un gouvernement de coalition — qu’au niveau des Länder… » Article à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coalition_en_Allemagne ].

Contact : Christoph Ensuite, tél . : +49 15154638040, info@testbiotech.org
Plus d’informations > Further information : Background

Source : https://www.testbiotech.org/en/node/2153

Retour au début des documents traduits


Une sélection d’articles d’actualités sur l’édition génomique ( à l’aide de Google le 02/03/2019)

Qu’est-ce qu’une édition génétique numérique ? - Revues.org journals.openedition.org/genesis/116 de P D’Iorio - ‎2010 - ‎

L’ambition d’une édition génétique est de publier l’œuvre d’un auteur de manière à représenter et à rendre intelligible la genèse de ses projets d’écriture ou de création artistique. La plupart des spécialistes s’accordent à reconnaître que seuls les supports et les technologies numériques peuvent permettre la réalisation ...

Crispr : édition génétique d’embryons humains aux Etats-Unis ... https://www.sciencesetavenir.fr/.../crispr-edition-genetique-d-embryons-humains-aux-eta...

2 août 2017 - Pour la première fois aux Etats-Unis, la technique d’édition génétique Crispr-Cas9 a été utilisée pour modifier le génome d’embryons humains viables.

Nouvelle avancée dans l’édition génétique pour ... - Sciences et Avenir https://www.sciencesetavenir.fr/.../nouvelle-avancee-dans-l-edition-genetique-pour-traite...

8 déc. 2017 - Une avancée dans l’édition génétique pourrait permettre de traiter des maladies incurables comme le diabète ou des dystrophies musculaires, montrent de récentes expériences animales prometteuses. Cette nouvelle technique qui dope l’activité génétique est une version modifiée de la méthode ...

Première médicale : un patient traité par édition génomique https://www.futura-sciences.com/.../genetique-premiere-medicale-patient-traite-edition...

16 nov. 2017 - Un homme de 44 ans, Brian Madeux, a été traité par une technique d’édition génomique aux États-Unis. Il souffre d’une maladie génétique rare et incurable : la mucopolysaccharidose (MPS) de type II, ou maladie de Hunter. C’est la première fois que l’édition génomique est testée dans l’organisme d’un ...

Un pas de plus vers l’édition génétique lactualite.com/sante-et-science/2017/10/04/un-pas-de-plus-vers-ledition-genetique/

4 oct. 2017 - Des chercheurs chinois viennent de franchir un pas important dans le développement de l’édition génétique, cette méthode de correction des gènes potentiellement beaucoup plus performante que les techniques précédentes de manipulation du génome. L’équipe, dirigée par Junjiu Huang de l’université ...

L’édition génétique est devenue une science plus précise et plus ... https://trustmyscience.com/edition-de-genes-une-science-precise-et-puissante/

26 oct. 2017 - Deux groupes de scientifiques ont mis au jour un nouvel arsenal extrêmement précis de techniques d’édition de gènes, qui pourraient bien un jour nous aider à éradiquer les maladies génétiques grâce à des chirurgies hautement ciblées au niveau chimique. Les nouvelles adaptations de CRISPR-Cas9 ...

Nouvelle avancée dans l’édition génétique pour traiter des ... - Europe1 www.europe1.fr › Accueil › santé

8 déc. 2017 - Et pour cause, une avancée dans l’édition génétique pourrait permettre de traiter des maladies incurables comme le diabète ou des dystrophies musculaires. Une version modifiée de Crispr/Cas9. Cette nouvelle technique qui dope l’activité génétique est une version modifiée de la méthode Crispr/Cas9, ...

La nouvelle technique d’édition génétique utilisée pour rectifier la ... www.gurumed.org/.../la-nouvelle-technique-ddition-gntique-utilise-pour-rectifier-la-...

4 août 2017 - La technique révolutionnaire d’édition de gènes (“copier/ coller”) CRISPR/ Cas9 fait encore parler d’elle avec la promesse incroyable de devenir un traitement pour des maladies telle que le VIH et la dystrophie musculaire, mais le but ultime serait de l’utiliser pour éviter, en premier lieu, que les maladies ne ...

UP Magazine - Une machine à éditer des gènes, encore plus ... www.up-magazine.info/.../7100-une-machine-a-editer-des-genes-encore-plus-puissant...

2 nov. 2017 - Deux groupes de scientifiques ont révélé un nouvel arsenal plus précis de techniques d’édition génétique qui pourraient un jour nous aider à éradiquer les maladies génétiques grâce à une chirurgie hautement ciblée au niveau chimique. Les nouvelles adaptations apportées au CRISPR-Cas9 permettent ... Haut du formulaire

Bas du formulaire

Retour au début du document


Ajout d’articles sur las animaux génétiquement modifiés

Les animaux génétiquement modifiés : pas vraiment au point - version PDF - par Christophe NOISETTE Date de publication : 18 octobre 2017 – Document ‘Info(OGM’

« Peu d’animaux transgéniques ont été autorisés à la commercialisation. Pourtant, dans les laboratoires, les projets fusent. Cet article fait le point sur les animaux génétiquement modifiés (AGM) autorisés et ceux qui pourraient l’être prochainement ».

A consulter sur ce site : https://www.infogm.org/6254-animaux-ogm-pas-vraiment-au-point

Après les OGM, voici les animaux génétiquement modifiés - >Société| Frédéric Mouchon| 06 octobre 2017, 20h16 | MAJ : 07 octobre 2017, 8h15 |15 –Document ‘Le Parisien’ - Illustration - Au Canada, il est désormais possible de consommer des saumons génétiquement modifiés. LP/Laurent Mauron

Vous vous souvenez du maïs OGM ? De la fronde menée par la France pour éviter qu’il ne se retrouve dans nos assiettes ? Et bien, ce n’est rien en comparaison de ce que les agro-industriels de l’alimentation nous préparent. Car après les plantes transgéniques, voilà venu le temps des AGM, les animaux génétiquement modifiés.

LIRE AUSSI
Glyphosate : Juan Carlos, agriculteur argentin et « pionnier du soja OGM »

L’entreprise américaine AquaBounty vient d’obtenir l’autorisation du ministère canadien de la Santé de commercialiser du saumon génétiquement modifié. Une première au monde. Conçu pour se développer plus vite que les poissons « traditionnels », l’AquAdvantage atteint sa taille adulte en seize mois contre trente pour un saumon d’Atlantique non modifié.

Frankenfish ou saumonstre

Même si ce poisson OGM n’est pas autorisé à la vente en France, les associations anti-OGM, qui l’ont rebaptisé « frankenfish » ou « saumonstre », tirent néanmoins le signal d’alarme. Car sans étiquetage, rien ne le différencie à vue d’œil d’un autre. Et ce produit pourrait donc se retrouver dans nos assiettes à la faveur du nouvel accord de libre-échange (baptisé Ceta en anglais) qui vient d’être signé entre l’Union européenne (UE) et le Canada. Ce traité supprime les droits de douane et réduit les obstacles aux échanges commerciaux entre les deux continents.

QUESTION DU JOUR. Vous méfiez-vous des animaux génétiquement modifiés ?

« L’Europe interdit l’élevage d’animaux transgéniques ou clonés mais aucun mécanisme de contrôle ni d’étiquetage ne permettra aux consommateurs français de repérer des rillettes ou des produits préparés à base de saumon transgénique canadien et l’on risque malheureusement d’être amenés à en consommer », s’alarme l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot.

LIRE AUSSI
Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d’organes

L’Europe a en théorie fixé des garde-fous pour que des aliments à base d’OGM ou d’AGM ne se retrouvent pas dans nos assiettes. Un produit génétiquement modifié doit obtenir une autorisation fondée sur une analyse des risques sanitaires et environnementaux avant de pouvoir pénétrer sur le marché européen.

Mais une enquête de la Répression des fraudes française vient de montrer que des produits alimentaires importés contenant des OGM, pourtant non autorisés en Europe, se sont déjà retrouvés dans nos rayons (lire ci-dessous). « Les douaniers belges ont récemment mis la main sur un GloFish, un poisson zèbre génétiquement modifié pour être fluorescent. Il est commercialisé à Taïwan mais interdit au sein de l’UE, affirme Christophe Noisette, rédacteur en chef d’Inf’OGM, un site associatif d’information indépendante. Des éleveurs de porcs de l’Ontario (Canada) ont tenté de leur côté, sans succès, de modifier le système digestif du porc pour créer l’Enviropig, un cochon plus propre censé rejeter moins de lisier. »

Imagination sans limite

Saumon, cochon… et peut-être demain veau, vache, mouton. L’imagination est sans limite. Mais pas toujours pour le pire. Directeur du laboratoire de santé animale à l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), Pascal Boireau évoque des recherches visant à modifier les gènes des porcs pour les « humaniser ». « Ces porcs transgéniques serviraient à greffer certains organes de porcs humanisés chez l’homme comme de la peau ou un rein. Mais cette technologie n’est pas au point pour l’instant. »

Illustrations humoristiques

Attention aux produits importés

« Garanti sans OGM. » Après des années de débats houleux autour du maïs génétiquement modifié, cette étiquette fleurit dans nos rayons. Elle est censée garantir l’absence de légumes ou céréales transgéniques. Peut-on vraiment s’y fier ? Leur culture est interdite en France pour éviter que les semences OGM ne soient disséminées dans les champs voisins, d’autant que leur inocuité à long terme sur la santé pose question. Cela ne signifie pas pour autant que la nourriture que l’on consomme n’en contient pas.

Une enquête dévoilée en mars par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a révélé un taux d’anomalie de 18 % au niveau de l’étiquetage, certains produits se présentant comme « sans OGM », alors qu’il n’y avait aucune garantie qu’ils le soient. Plus grave, la présence d’OGM a déjà été détectée dans des produits où ils sont théoriquement interdits dans l’Union européenne.

Contrôles réguliers sur les cargaisons venues d’Amérique

« L’importation de papayes génétiquement modifiées provenant de Thaïlande et non autorisées en Europe ayant été mise en évidence en 2012, des contrôles ont été réalisés sur ces produits depuis », explique la DGCCRF. Le taux de non-conformité est finalement passé de 70 % en 2012 à 0 % en 2015. Les contrôles ont été poursuivis en 2016, deux Etats membres ayant à nouveau repéré leur présence dans des aliments thaïlandais ou indiens.

« Etant donné que le nombre d’autorisations d’OGM est plus important en Amérique, des produits importés des Etats-Unis, du Canada ou encore d’Argentine sont également contrôlés », indiquent les agents des Fraudes. « Ainsi, des graines de moutarde importées du Canada, qui contenaient du colza génétiquement modifié, avaient été signalées en 2014 par les autorités allemandes », souligne la DGCCRF, qui précise que la réglementation européenne relative aux OGM « semble bien respectée par les producteurs nationaux ».

Société OGM Animaux alimentation AGM – services ; Nos services Offres d’emploi Annonces immobilières Annonces auto Codes promo Vos vacances Guide Shopping

Image associée

Source : http://www.leparisien.fr/societe/apres-les-ogm-voici-les-animaux-genetiquement-modifies-06-10-2017-7313580.php

Voici les animaux génétiquement modifiés - vidéo S&V TV - L’actualité Science-et-vie.com – Par Rédaction S&V Le 22 jan 2018 à 11h46 mis à jour 22 jan 2018 à 14h45 –

Veaux sans cornes, cochons aux fessiers hyper musclés, poulets résistants à la grippe aviaire... Les animaux génétiquement modifiés sont développés dans les labos grâce à de nouvelles techniques.

D’énormes pas en avant ont été accomplis ces dernières années en génétique. Grâce notamment à l’outil CRISPR-Cas9 qui permet en quelque sorte de ’copier-coller’ l’ADN, les chercheurs peuvent modifier des gènes de façon très ciblée.

Appliquée à l’élevage, cette technique permet aujourd’hui de générer des animaux sur mesure ! Veaux sans corne, porcs hyper musclés, poulets anti-grippe ou encore chèvres plus poilues qui accélèrent la production de cachemire.

Elsa Abdoun, journaliste au magazine ‘Science & Vie’, décrit ces animaux génétiquement modifiés à Jérôme Bonaldi, dans cette chronique du Mag de la science.

Retrouvez plus de contenus sur la chaîne télé Science & Vie TV ou sur YouTube

Pour aller plus loin :

Animaux génétiquement modifiés : bientôt dans nos assiettes — S&V n°1196 (2017). L’enquête d’Elsa Abdoun. S’abonner - S’abonner à la version numérique

Résultat de recherche d’images pour ’science-et-vielogo’

Source : https://www.science-et-vie.com/le-magazine/voici-les-animaux-genetiquement-modifies-video-sv-tv-10350

Les animaux génétiquement modifiés : pas vraiment au point version PDF par Christophe NOISETTE - Date de publication : 18 octobre 2017 – Document ‘Inf’OGM’

Peu d’animaux transgéniques ont été autorisés à la commercialisation. Pourtant, dans les laboratoires, les projets fusent. Cet article fait le point sur les animaux génétiquement modifiés (AGM) autorisés et ceux qui pourraient l’être prochainement. Photo. - Extraits

Sous-titres

Très peu d’animaux transgéniques autorisés à la commercialisation

Des milliers de moustiques transgéniques lâchés au Brésil

Un saumon GM vendu au Canada

Il s’agit de la première commercialisation d’un animal transgénique destiné à l’alimentation humaine.

Nouveaux animaux GM bientôt autorisés ?

Et les animaux GM 2.0 ?

Le forçage génétique

Des AGM... juste pour le fun !

Image associée

Source de l’article complet avec références : https://www.infogm.org/6254-animaux-ogm-pas-vraiment-au-point

Retour au début de l’article traduit

Traductions, compléments entre […] . Ajout dne sélection d’articles d’actualités sur l’édition génomique et sur las animaux génétiquement modifiés et intégration de liens hypertextes

par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 30
/08/2018

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Animaux génétiquement modifiés OGM Fabrication d’animaux super-musclés à l’aide des outils du génie génétique.3

Mis en ligne par Pascal Paquin de Yonne Lautre, un site d’information, associatif et solidaire(Vie du site & Liens), un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti/

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

---