Accueil > Pour en savoir plus > Agriculture, Souveraineté alimentaire, Alimentation > Agriculture > "Le décès du ‘père’ de la Révolution verte en Inde, avec les effets (...)

"Le décès du ‘père’ de la Révolution verte en Inde, avec les effets dévastateurs des ”variétés hybrides à haut rendement’ et des produits chimiques toxiques : quels résultats réels pour l’Inde ?" par Colin Todhunter

Traduction & Compléments de Jacques Hallard

samedi 14 octobre 2023, par Todhunter Colin

ISIAS Agronomie Inde Irrigations Pesticides

Le décès du ‘père’ de la Révolution verte en Inde, avec les effets dévastateurs des ”variétés hybrides à haut rendement’ et des produits chimiques toxiques : quels résultats réels pour l’Inde ?

Traduction du 10 octobre 2023 par Jacques Hallard d’un article de Colin Todhunter publié par ‘gmwatch.org’ sous le titre The passing of the Father of India’s Green Revolution. The devastating impacts of “hybrid high yielding varieties” and toxic chemicals. What did the GR really do for India ? En date du 06 octobre 2023 – Référence : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20298-the-passing-of-the-father-of-india-s-green-revolution-the-devastating-impacts-of-hybrid-high-yielding-varieties-and-toxic-chemicals-what-did-the-gr-really-do-for-india

Addenda - Colin Todhunter est un auteur prolifique : il a fait de la recherche dans le secteur des politiques sociales en Grande Bretagne et en Inde. counterpunch.org , 10-12 avril 2015, Traduction, Alexandra Cyr – Voir aussi : [Centre for Globalisation Research (CGR) ]

[Voir également : https://theecologist.org/profile/colin-todhunter ]

Colin Todhunter | The Ecologist

Colin Todhunter

[Addenda : L’Inde est une république fédérale composée de vingt-huit États et huit territoires de l’Union. L’article 1 de la Constitution de l’Inde établit que « L’Inde, c’est-à-dire le Bharat, est une Union d’États. » Chaque État dispose d’institutions propres et du pouvoir d’adopter des lois dans certains domaines. Wikipédia ]

Care des États et territoires de l’Inde :

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/db/India_%28%2Bclaimed_hatched%29%2C_administrative_divisions_-_fr_-_colored_2020.svg/399px-India_%28%2Bclaimed_hatched%29%2C_administrative_divisions_-_fr_-_colored_2020.svg.png{{

Traduction de l’article d’origine

Indian Stamp 1968 and Monkombu Sambasivan Swaminathan

De Colin Todhunter - Timbre indien de 1968 et Monkombu Sambasivan Swaminathan

MS Swaminathan, largement considéré comme le père de la Révolution verte en Inde, est décédé récemment (28 septembre 2023) à l’âge de 98 ans. Agronome et généticien des plantes, Swaminathan a joué un rôle clé dans l’introduction en Inde de variétés hybrides de blé et de riz à haut rendement et dans l’encouragement de nombreux agriculteurs à adopter des pratiques à forte intensité d’intrants et dépendantes des produits chimiques.

Le récit dominant est que les efforts scientifiques collaboratifs de Swaminathan avec Norman Borlaug ont aidé à sauver l’Inde de la famine dans les années 1960. Après sa mort, les hommages de hauts fonctionnaires, dont le Premier ministre Narendra Modi, et des commentateurs ont afflué pour louer son rôle pour (soi-disant) sauver l’Inde de la catastrophe malthusienne.

[Norman Ernest Borlaug est un agronome américain, né le 25 mars 1914 à Cresco et mort le 12 septembre 2009 à Dallas. Considéré comme le « père » de la Révolution verte, il a reçu le prix Nobel de la paix en 1970. Wikipédia ]

Cependant, il y a un autre côté à l’histoire de la Révolution verte, qui émerge rarement dans le courant dominant.

Par exemple, l’agriculteur Bhaskar Save a écrit une lettre ouverte à M. S. Swaminathan en 2006. Il était cinglant sur l’impact de la Révolution verte et le rôle de Swaminathan dans celle-ci :

[Bhaskar Hiraji Save, connu en Inde sous le nom de « Gandhi de l’agriculture naturelle », était un éducateur, un entrepreneur, un agriculteur et un militant. Wikipédia (anglais) ]

’Vous, MS Swaminathan, êtes considéré comme le ’père’ de la soi-disant ’Révolution verte’ de l’Inde qui a ouvert les vannes des produits chimiques ’agro’ toxiques – ravageant les terres et la vie de plusieurs millions d’agriculteurs indiens au cours des 50 dernières années. Plus que tout autre individu dans notre longue histoire, c’est vous que je tiens pour responsable de l’état tragique de nos sols et de nos agriculteurs endettés, poussés au suicide en nombre croissant chaque année.”

Nous reviendrons sur cette lettre plus tard.

À son crédit, cependant, Swaminathan s’est prononcé contre les organismes génétiquement modifiés OGM] dans l’agriculture indienne. Dans un article de 2018 paru dans la revue ‘Current Science’, avec son collègue P. C. Kesavan, il a fourni une vaste critique des cultures de plantes génétiquement modifiées à ce jour, remettant en question leur efficacité et leur besoin. Peut-être avait-il pris conscience que l’introduction de la technologie sans évaluations appropriées de l’impact économique, social, sanitaire et environnementa, produirait un effet domino, tout comme la Révolution verte. Bien sûr, il a été attaqué par des porte-parole de l’industrie et des scientifiques soutenus par l’industrie des biotechnologies dans les médias pour sa prise de position.

Dans l’article ’Nouvelles histoires de la Révolution verte’ (2019), le professeur Glenn Stone démystifie l’affirmation selon laquelle la Révolution verte a stimulé la productivité et sauvé l’Inde de la famine. En effet, bien que les médias du milieu des années 1960 aient rapporté des histoires sur une famine en Inde, Stone ne voit aucune preuve de famine ou d’une famine imminente. Stone soutient que tout ce que la Révolution verte a réellement ’réussi’ à faire a été de mettre plus de blé dans l’alimentation indienne (en remplaçant d’autres denrées alimentaires). Il soutient que la productivité alimentaire par habitant n’a montré aucune augmentation ou même réellement diminué.

[Glenn Stone, Ph.D., Institut de santé publique, Professeur, Anthropologie socioculturelle et études environnementales, Arts et Sciences - Les recherches du Dr Stone portent sur l’anthropologie environnementale, l’écologie politique, les études alimentaires et les études scientifiques et technologiques. Il s’intéresse particulièrement aux aspects sociaux et politiques des systèmes agricoles, à la durabilité agricole, à l’intensification et à l’industrialisation, aux connaissances autochtones, aux réponses à l’augmentation de la population, la biotechnologie agricole et les systèmes alimentaires et agricoles alternatifs. Il a travaillé sur des projets examinant les agriculteurs non industrialisés passés et contemporains en Afrique, en Inde, aux Philippines et en Amérique du Nord. Les recherches du Dr Stone portent notamment sur la propagation des cultures de plantes génétiquement modifiées dans les pays en développement. Il s’intéresse également au mouvement des petites exploitations agricoles en Amérique du Nord, notamment aux aspects économiques et écologiques de la durabilité et aux perspectives historiques sur les petits agriculteurs des Appalaches. Le troisième axe des travaux actuels concerne les politiques de recherche et d’intervention agricoles… - Source : https://publichealth.wustl.edu/people/glenn-stone/ ].

Vandana Shiva, militante renommée et environnementaliste, affirme que la Révolution verte a vu 768.576 accessions de semences indigènes prélevées sur des agriculteurs rien qu’au Mexique. Elle considère la Révolution verte comme une forme de colonisation :

“La ’mission civilisatrice’ de la Colonisation des Semences est la déclaration selon laquelle les agriculteurs sont ’primitifs’ et les variétés qu’ils ont sélectionnées sont ’primitives’, ’inférieures’, ’à faible rendement’ et doivent être ’substituées’ et ’remplacées’ par des semences supérieures d’une race supérieure d’éleveurs, appelées ’variétés modernes’ et ’variétés améliorées’ sélectionnées pour des produits chimiques.”

[Vandana Shiva, née le 5 novembre 1952 à Dehradun, est une conférencière, écrivaine et militante féministe et écoféministe indienne. Elle dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Elle a reçu le prix Nobel alternatif en 1993. Wikipédia ]

C’est un aspect de la Révolution verte qui est trop souvent négligé : la pénétration capitaliste des économies paysannes (intactes et autosuffisantes).

Pierre dit : “La légende de la Révolution verte en Inde a toujours été plus que des importations de blé et de céréales à tiges courtes. Il s’agit de malthusianisme, l’Inde d’après‐guerre étant censée prouver les dangers d’une croissance démographique dépassant la production alimentaire. Il s’agit aussi de la conviction néo-malthusienne que l’innovation technologique est notre seul espoir, capable de sauver un milliard de vies lorsque les conditions sont réunies.”

Il dit que les bénéficiaires de la légende l’ont renforcée et l’ont maintenue bien vivante dans notre imaginaire historique. Selon des études et de la littérature récentes, cependant, une réinterprétation cohérente émerge qui, selon Stone, élimine pratiquement tous les piliers de ce récit.

Nous devons également envisager des scénarios contrefactuels. Que se serait-il passé si l’Inde avait pris un chemin différent ? Stone note que l’influente Commission de planification (PC) essayait simultanément de créer un État fonctionnel (après des siècles de domination coloniale), d’éviter de devenir un client prisé de la Guerre froide et de façonner le destin agricole du pays. L’Inde avait beaucoup de main-d’œuvre rurale et d’engrais organiques et le PC voulait capitaliser sur ces ressources.

La Commission de planification (PC) n’était pas opposée aux engrais chimiques, mais les considérait comme très coûteux, à la fois pour l’État et pour l’agriculteur. Il pensait également que l’utilisation d’engrais concentrés posait également des problèmes écologiques : les produits chimiques ne devaient être utilisés qu’en combinaison avec des engrais organiques volumineux pour préserver le sol. Et si les modes d’agriculture biologique avaient reçu le financement et la recherche et avaient été prioritaires dans la mesure où la Révolution verte l’avait été ?

Par exemple, dans l’article ‘Lessons From the Aftermaths of Green Revolution on Food System and Health’ (dans Frontiers in Sustainable Food Systems, 2021), les techniques agricoles, telles que les cultures intercalaires, l’agriculture naturelle à budget zéro (ZBNF) – avec des principes essentiels impliquant l’amélioration des processus de la nature – et l’élimination des intrants externes, peuvent être pratiquées avec d’excellents résultats. Le gouvernement de l’État d’Andhra Pradesh prévoit de convertir six millions d’agriculteurs et huit millions d’hectares de terres dans le cadre de l’initiative d’Agriculture naturelle à ‘Budget Zéro Résiliente au climat ‘(ZBNF) en raison des résultats impressionnants obtenus dans les évaluations d’impact du ZBNF dans les États du Karnataka et de l’AP. [L’Andhra Pradesh AP) est un État du sud de l’Inde. Wikipédia ]

De plus, la Révolution verte a délibérément mis de côté les semences traditionnelles conservées par les agriculteurs, qui étaient en fait plus productives et adaptées au climat. De plus, dans un article de 2019 paru dans le ‘Journal of Experimental Biology and Agricultural Sciences’, les auteurs notent que les variétés de blé indigènes en Inde ont un contenu nutritionnel plus élevé que les variétés de la Révolution verte.

Au lieu de cela, nous nous retrouvons avec un certain modèle d’agriculture qui a été poussé pour des raisons géopolitiques et commerciales et qui essaie de faire face à divers séquelles délétères.

Par exemple, selon Stone, les expéditions de blé, au corps à corps d’après-guerre des États-Unis vers l’Inde, ne résultaient pas d’un déséquilibre malthusien mais de décisions politiques. Les ’triomphes’ de la Révolution verte sont venus des incitations financières, de l’irrigation et du retour des pluies après des périodes de sécheresse, et ils se sont faits au détriment de cultures vivrières plus importantes. Les tendances de croissance à long terme de la production alimentaire et de la production alimentaire par habitant n’ont pas changé en Inde. Stone conclut que les années de la Révolution verte, une fois séparées, ont en fait marqué un ralentissement.

Beaucoup plus peut être dit et a été écrit sur la politique plus large de la Révolution verte et sur la façon dont elle est devenue et reste empêtrée dans la géopolitique moderne : la ‘Rockefeller Chase Manhattan Bank’, la Banque mondiale, le Fonds Monétaire International et l’Organisation mondiale du Commerce, ont facilité l’ajustement structurel des économies nationales et des systèmes agraires, créant intentionnellement des zones d’insécurité alimentaire et de dépendance au profit des intérêts financiers, agricoles, semenciers, engrais et agrochimiques occidentaux.

Par exemple, de nombreux pays ont été placés sur des tapis roulants de production de cultures de base orientées vers l’exportation pour gagner des devises étrangères (dollars américains-stimulant la force et la demande du dollar et l’hégémonie américaine), pour acheter du pétrole et des denrées alimentaires sur le marché mondial (au profit des négociants mondiaux en matières premières comme Cargill, qui a contribué à la rédaction du régime commercial de l’OMC – l’Accord sur l’agriculture), renforçant la nécessité d’accroître les cultures commerciales pour les exportations.

En fait, ce que nous avons vu émerger est un modèle d’agriculture qui nécessite des centaines de milliards de subventions des contribuables chaque année pour soutenir les résultats nets des grandes entreprises agroalimentaires. L’un des coûts, pas si cachés de la Révolution verte, qui sont nombreux : sols dégradés, eau polluée, augmentation des taux de maladies, carences en micronutriments, cultures vivrières moins denses en nutriments, insécurité alimentaire inutile, mise à l’écart de semences indigènes plus appropriées, la gamme plus étroite de cultures dont l’humanité dépend maintenant en raison de la modification des systèmes de culture, la marchandisation et le piratage des semences et des connaissances par les entreprises, l’érosion de l’apprentissage environnemental des agriculteurs, la dévastation des communautés rurales, la dette des agriculteurs, la dépendance des entreprises au marché, etc…

Alors, avec le décès de MS Swaminathan, revenons à Bhaskar Save (1922-2015) et à sa lettre ouverte, qui aborde bon nombre de ces questions. Save n’était ni un érudit ni un universitaire. Il était agriculteur et sa lettre était un appel sincère pour passer à l’action.

M. S. Swaminathan était à l’époque président de la Commission nationale des agriculteurs au ministère de l’Agriculture. Save voulait attirer l’attention sur les impacts dévastateurs de la Révolution verte et encourager les décideurs à abandonner leurs politiques d’importation et de promotion de l’utilisation de produits chimiques toxiques que la Révolution verte avait encouragés.

Vous trouverez ci-dessous une version abrégée de la lettre ouverte de Bhaskar Save.

— -

À : Maître M. S. Swaminathan, Président de la Commission Nationale des Agriculteurs, Ministère de l’Agriculture, Gouvernement de l’Inde

Je suis un agriculteur naturel/biologique de 84 ans avec plus de six décennies d’expérience personnelle dans la culture d’un large éventail de cultures vivrières. J’ai, au fil des ans, pratiqué plusieurs systèmes d’agriculture, y compris la méthode chimique dans les années cinquante – jusqu’à ce que je voie bientôt ses pièges. Je dis avec conviction que ce n’est que par l’agriculture biologique en harmonie avec la Nature que l’Inde peut fournir durablement à son peuple une nourriture abondante et saine.

Vous, MS Swaminathan, êtes considéré comme le ’père’ de la soi-disant ’Révolution verte’ de l’Inde qui a ouvert les vannes des produits chimiques ’agro’ toxiques – ravageant les terres et la vie de plusieurs millions d’agriculteurs indiens au cours des 50 dernières années. Plus que tout autre individu dans notre longue histoire, c’est vous que je tiens pour responsable de l’état tragique de nos sols et de nos agriculteurs endettés, poussés au suicide en nombre croissant chaque année.

Je suis triste que notre génération (maintenant grisée) d’agriculteurs indiens se soit laissée duper en adoptant le mode d’agriculture à courte vue et écologiquement dévastateur, importé dans ce pays. Par ceux, comme vous, avec pratiquement aucune expérience agricole !

Pendant des générations incalculables, cette terre a abrité l’une des plus fortes densités de population au monde. Sans aucun ’engrais’ chimique, pesticides, souches exotiques de céréales naines ou les nouveaux intrants ’biotechnologiques’ sophistiqués que vous semblez maintenant défendre. La fertilité de nos terres n’a pas été affectée.

Dans nos forêts, les arbres comme le ber (jujube), le jambul (jambolan), la mangue, l’umbar (figue sauvage), le mahua (Madhuca indica), l’imli (tamarin), donnent si abondamment en saison, que les branches s’affaissent sous le poids du fruit. Le rendement annuel par arbre est généralement supérieur à une tonne, année après année. Mais la terre autour reste entière et intacte. Il n’y a pas de trou béant dans le sol !

D’où les arbres – y compris ceux des montagnes rocheuses – tirent-ils leur eau, leur NPK, etc.? Bien que stationnaire, la nature répond à leurs besoins là où ils se trouvent. Mais les ’scientifiques’ et les technocrates comme vous – avec une démangeaison aveugle et intrusive - semblent aveugles à cela. Sur quelle base prescrivez-vous ce dont un arbre ou une plante a besoin, et combien, et quand ?

On dit : là où il y a manque de connaissances, l’ignorance se fait passer pour de la ’science’ ! Telle est la ’science’ que vous avez adoptée, égarant nos agriculteurs dans les fosses de la misère.

Ce pays compte plus de 150 universités agricoles. Mais chaque année, chacun produit plusieurs centaines de chômeurs ’éduqués’, formés uniquement pour égarer les agriculteurs et pour propager la dégradation écologique.

Essayer d’augmenter la ’productivité’ de la Nature est la gaffe fondamentale qui met en évidence l’ignorance des ’agronomes’ comme vous. Quand un grain de riz peut se reproduire mille fois en quelques mois, d’où vient le besoin d’augmenter sa productivité ?

La mentalité de servitude envers ‘le commerce et l’industrie’, ignorant tout le reste, est la racine du problème.

La technologie moderne, alliée au commerce... s’est avérée désastreuse à tous les niveaux. Nous avons dépouillé et pollué le sol, l’eau et l’air. Nous avons anéanti la plupart de nos forêts et tué ses créatures. Et sans relâche, les agriculteurs modernes pulvérisent des poisons mortels sur leurs champs. Ceux-ci massacrent les ‘jeev srushti’ de la Nature – les petits travailleurs sans prétention mais infatigables qui maintiennent la qualité aérée du sol et recyclent toute la biomasse à reflux de la vie en nourriture pour les plantes. Les produits chimiques nocifs empoisonnent aussi inévitablement l’eau et le ‘prani srushti’ de la nature, qui inclut les humains.

N’est-il pas frappant de constater que la culture intensive en produits chimiques et en irrigation abondante des monocultures commerciales, a été principalement responsable de la propagation de la dévastation écologique à grande échelle dans ce pays ? Dans la durée de vie d’une seule génération !

Ce pays se vantait d’une immense diversité de cultures, adaptées au fil des millénaires aux conditions et aux besoins locaux. Nos nombreuses variétés de céréales hautes et indigènes fournissaient plus de biomasse, protégeaient le sol du soleil et le protégeaient contre son érosion sous les fortes pluies de mousson. Mais, sous prétexte d’augmenter la production végétale, des variétés naines exotiques ont été introduites et promues grâce à vos efforts. Cela a conduit à une croissance plus vigoureuse des mauvaises herbes, qui étaient maintenant en mesure de rivaliser avec succès avec les nouvelles cultures rabougries, pour la lumière du soleil. L’agriculteur devait dépenser plus de travail et d’argent pour désherber ou pulvériser des herbicides.

La croissance de la paille avec les cultures céréalières naines a chuté de façon drastique à un tiers de celle de la plupart des espèces indigènes ! Au Pendjab et dans l’Haryana, même cela a été brûlé, car on disait qu’il abritait des ’agents pathogènes’. (Il était trop toxique pour nourrir le bétail de ferme qui était progressivement remplacé par les tracteurs). Par conséquent, beaucoup moins de matière organique était localement disponible pour recycler la fertilité du sol, entraînant un besoin artificiel d’intrants achetés à l’extérieur, importés. Inévitablement, les agriculteurs ont eu recours à davantage de produits chimiques et, sans relâche, la dégradation et l’érosion des sols se sont installées.

Les variétés exotiques, cultivées avec des ’engrais’ chimiques, étaient plus sensibles aux ’ravageurs et maladies’, entraînant encore plus de poisons (insecticides, etc…) étant déversé. Mais les espèces d’insectes attaquées ont développé une résistance et se sont reproduites de manière prolifique. Leurs prédateurs - araignées, grenouilles, etc…– qui se nourrissaient de ces insectes et ’contrôlaient biologiquement’ leur population, ont été exterminés. Il en était de même pour de nombreuses espèces bénéfiques comme les vers de terre et les abeilles.

L’agro-industrie et les technocrates ont recommandé des doses plus fortes et des produits chimiques plus récents, plus toxiques (et plus chers !). Mais les problèmes de ’ravageurs’ et de ’maladies’ n’ont fait qu’empirer. La spirale des coûts écologiques, financiers et humains s’est élevée !

Avec l’utilisation d’engrais synthétiques et l’augmentation des cultures de rente, les besoins en irrigation ont énormément augmenté. En 1952, le barrage de Bhakra a été construit au Pendjab, un État riche en eau alimenté par 5 rivières himalayennes. Plusieurs milliers d’autres grands et moyens barrages ont suivi dans tout le pays, aboutissant à l’énorme Sardar Sarovar.

L’Inde, à côté de l’Amérique du Sud, reçoit les précipitations les plus élevées au monde. La moyenne annuelle est de près de 4 pieds [1,2192 m]. Lorsque la végétation épaisse recouvre le sol et que le sol est vivant et poreux, au moins la moitié de cette pluie est infiltrée et stockée dans les strates du sol et du sous-sol. Une bonne quantité s’infiltre ensuite plus profondément pour recharger les aquifères, ou ’nappes phréatiques’.

Le sol vivant et ses aquifères sous-jacents servent ainsi de gigantesques réservoirs prêts à l’emploi, dotés gratuitement par la Nature. Les terres sous les forêts et les arbres sont particulièrement efficaces pour absorber la pluie. Ainsi, il y a un demi-siècle, la plupart des régions de l’Inde disposaient de suffisamment d’eau douce toute l’année, longtemps après l’arrêt et la disparition des pluies. Mais abattre les forêts diminue la capacité de la terre à absorber la pluie : cela diminue considérablement. Les ruisseaux et les puits s’assèchent. C’est déjà arrivé dans trop d’endroits.

Alors que la recharge des eaux souterraines a considérablement diminué, son extraction s’est accrue. L’Inde exploite actuellement plus de 20 fois plus d’eau souterraine chaque jour qu’en 1950. Une grande partie de cela est un gaspillage insensé par [et pour] une minorité. Mais la plupart des Indiens – vivant d’eau puisée à la main ou pompée à la main dans les villages et pratiquant uniquement l’agriculture pluviale - continuent d’utiliser la même quantité d’eau souterraine par personne, comme ils le faisaient il y a des générations.

Plus de 80% de la consommation d’eau de l’Inde est destinée à l’irrigation, la plus grande part étant accaparée par les cultures commerciales cultivées chimiquement. Le Maharashtra, par exemple, a le nombre maximum de grands et moyens barrages dans ce pays. Mais la canne à sucre à elle seule, cultivée sur à peine 3-4% de ses terres cultivables, engloutit environ 70% de ses eaux d’irrigation !

Un acre de canne à sucre cultivée chimiquement nécessite autant d’eau que 25 acres de ‘jowar’, de ‘bajra’ ou de maïs suffiraient. Les sucreries consomment aussi d’énormes quantités. De la culture à la transformation, chaque kilo de sucre raffiné nécessite 2 à 3 tonnes d’eau. Cela pourrait être utilisé pour cultiver, de manière traditionnelle et biologique, environ 150 à 200 kg de ‘jowar’ ou ‘bajra’ nutritifs (millets indigènes).

Alors que le riz convient à l’agriculture pluviale, sa culture multiple extensive avec irrigation en hiver et en été monopolise également nos ressources en eau et épuise les aquifères. Comme pour la canne à sucre, elle ruine également de manière irréversible la terre par la salinisation.

La salinisation des sols est le plus grand fléau de l’agriculture intensive irriguée, car une croûte de sels de plus en plus épaisse se forme sur la terre. Plusieurs millions d’hectares de terres cultivées en ont été ruinés. Les problèmes les plus graves sont causés lorsque des cultures gourmandes en eau comme la canne à sucre ou le riz basmati sont cultivées toute l’année, abandonnant les systèmes traditionnels de cultures mixtes et de rotation du passé, qui nécessitaient un arrosage minimal ou nul.

Une agriculture biologique efficace nécessite très peu d’irrigation – beaucoup moins que ce qui est couramment utilisé dans l’agriculture moderne. Les rendements des cultures sont meilleurs lorsque le sol est juste humide. Le riz est la seule exception qui pousse même là où l’eau s’accumule et il est donc préféré comme culture de mousson dans les zones basses naturellement sujettes aux inondations. Une irrigation excessive dans le cas de toutes les autres cultures expulse l’air contenu dans les espaces inter-particulaires du sol - indispensables à la respiration des racines – et une inondation prolongée provoque la pourriture des racines.

L’irrigation sur ma ferme est une petite fraction de celle fournie dans la plupart des fermes modernes aujourd’hui. De plus, le sol poreux sous l’épaisse végétation du verger est comme une éponge qui absorbe et s’infiltre dans l’aquifère, ou nappe phréatique, une énorme quantité de pluie à chaque mousson. La quantité d’eau ainsi stockée dans le sol à Kalpavruksha est bien supérieure à la quantité totale retirée du puits pour l’irrigation pendant les mois où il n’y a pas de pluie.

De toute évidence, le moyen d’assurer la sécurité de l’eau et la sécurité alimentaire de cette nation consiste à cultiver les plantes de manière biologique, avec des plantes et des arbres mixtes et adaptés localement, en suivant les lois de la Nature…

Colin Todhunter specialises in development, food and agriculture. He is a Research Associate of the Centre for Research on Globalisation (CRG).

Colin Todhunter est spécialisé dans le développement, l’alimentation et l’agriculture. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG).

GMWatch note : If you’re interested in the real effects of the Green Revolution as opposed to the hype, read Glenn Davis Stone’s article here.

Note de GMWatch : Si vous êtes intéressé par les effets réels de la révolution verte, par opposition au battage médiatique, lisez l’article de Glenn Davis Stone > here (en anglais).

Image of M. S. Swaminathan by Biswarup Ganguly via Wiki Commons, licensed under the terms of the GNU Free Documentation License. Image of India’s postage stamp celebrating the ’wheat revolution’ by the Government of India, licensed under the Government Open Data License - India (GODL).

Menu : Home Subscriptions News Archive News Reviews Videos

Articles : GM Myth Makers GM Reports GM Myths GM Quotes Non-GM Successes

Contacts : Contact Us AboutDonations

Content 1999 - 2023 GMWatch. Web Development By SCS Web Design -

GMWatch Home

GMWatch Home

Source de l’article traduit : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20298-the-passing-of-the-father-of-india-s-green-revolution-the-devastating-impacts-of-hybrid-high-yielding-varieties-and-toxic-chemicals-what-did-the-gr-really-do-for-india

Retour au début du dossier

Collecte de documents et agencement, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 14/
10/2023

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

Site : https://isias.info/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Agronomie Inde Irrigations Pesticides.2.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin via Yonnelautre.fr : un site des alternatives, d’éducation populaire, un site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, sans subvention, indépendant de tout parti, un site sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, sans mouchard, sans cookie tracker, sans fichage, sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, et à empreinte numérique réduite, un site entièrement géré sous Linux et avec l’électricité d’Énercoop , géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr

Yonnelautre.fr utilise le logiciel libre SPIP et le squelette Koinós. Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -

_