Accueil > Pour en savoir plus > Eau > Aquaculture > "De nouvelles recherches révèlent que plus de 90% de l’aquaculture (...)

"De nouvelles recherches révèlent que plus de 90% de l’aquaculture mondiale est confrontée à des risques substantiels liés aux changements environnementaux" par Sciencedaily

Traduction & Compléments de Jacques Hallard

samedi 1er juillet 2023, par Science Daily


ISIAS Aquaculture Climat Aliments aquatiques PEID

De nouvelles recherches révèlent que plus de 90% de l’aquaculture mondiale est confrontée à des risques substantiels liés aux changements environnementaux

Traduction du 30 juin 2023 et compléments sur les aliments aquatiques (« bleus ») ou [produits de la mer ;voir aussi L’actualité de la filière des produits de la mer] et sur les ‘Petits États insulaires en développement’ (PEID) par Jacques Hallard d’un article en date du 26/06/2023 publié par ‘sciencedaily.com’ et intitulé « New research finds that more than 90% of global aquaculture faces substantial risk from environmental change  » ; référence : https://www.sciencedaily.com/releases/2023/06/230626164317.htm

Origine de l’information rapportée : Université de Californie-Santa Barbara

[Addenda - L’université de Californie à Santa Barbara (en anglais : University of California, Santa Barbara ou UCSB) est une université américaine, située à proximité de la ville de Santa Barbara, en Californie. UCSB est située à 153 kilomètres (95 miles) de Los Angeles et 539 kilomètres (335 miles) de San Francisco. Elle fait partie de l’université de Californie, dont elle est l’un des dix campus. Ses origines remontent en 1891 avec une université formant des enseignants. C’est en 1944 que UCSB devient le 3e campus à rejoindre l’université de Californie, après UC Berkeley et UCLA. Géré par l’État de Californie, l’université de Californie constitue le plus grand système d’enseignement supérieur public des États-Unis.

L’université fait partie des Public Ivies, un groupe d’universités américaines publiques réputées pour proposer un enseignement d’une qualité comparable à celle des universités privées de l’Ivy League. Elle est particulièrement influente dans plusieurs domaines des sciences environnementales, notamment en géographie physique, géologie, biologie, physique, chimie et écologie humaine et politique.

Avec le Stanford Research Institute, l’Université d’Utah et l’Université de Californie à Los Angeles, UCSB est célèbre pour avoir historiquement abrité l’une des quatre connexions civiles fondatrices du réseau ARPANET, le réseau informatique américain ayant préfiguré le réseau mondial internet.

Parmi les chercheurs actuels de UCSB, on dénombre 6 prix Nobels, 1 médaille Fields, 39 membres de l’Académie nationale des sciences américaines, 27 membres de l’Académie nationale d’ingénierie et 34 membres de l’Académie américaine des arts et des sciences.

Histoire et suite de l’article sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_de_Californie_%C3%A0_Santa_Barbara ]

Résumé :

Bon nombre des plus grands producteurs mondiaux d’aliments aquatiques sont très vulnérables aux changements environnementaux induits par l’homme, certains des pays les plus à risque d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique démontrant la plus faible capacité d’adaptation, a montré une étude historique.

Texte complet

Bon nombre des plus grands producteurs mondiaux d’aliments aquatiques sont très vulnérables aux changements environnementaux induits par l’homme, certains des pays les plus à risque d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique démontrant la plus faible capacité d’adaptation, a montré une étude historique.

L’étude montre que plus de 90% de la production alimentaire mondiale ’bleue’ [produits de la mer], tant dans les pêcheries de capture que dans l’aquaculture, est confrontée à des risques substantiels liés aux changements environnementaux, plusieurs pays leaders d’Asie et les États-Unis étant confrontés aux plus grandes menaces pour la production.

Les auteurs du nouvel article ont produit la toute première analyse mondiale des facteurs de stress environnementaux ayant une incidence sur la quantité de production et la sécurité des ‘aliments bleus’ dans le monde, classant pour la première fois les pays en fonction de leur exposition aux principaux facteurs de stress. Au total, 17 facteurs de stress ont été étudiés, notamment la prolifération d’algues, l’élévation du niveau de la mer, les changements de température et l’exposition aux pesticides.

’Les facteurs de stress environnementaux ne se soucient pas des frontières nationales’, a noté Ben Halpern, co-auteur principal et professeur à l’UC Santa Barbara et directeur du Centre national d’analyse et de synthèse écologiques. ’Les facteurs de stress sont déplacés par l’air, l’eau, les espèces et les humains, reliant la terre à la mer et l’écosystème à l’écosystème.’

[Traduit de l’anglais-Benjamin S. Halpern est un biologiste marin et écologiste qui travaille actuellement à l’Université de Californie à Santa Barbara et a reçu le prix ‘A.G. Huntsman 2016’ pour l’excellence en sciences marines… Wikipédia (anglais) ]

La recherche publiée par ‘Nature Sustainability’, intitulée ’Vulnerability of Blue Foods to Human-induced Environmental Change’ (’Vulnérabilité des aliments bleus aux changements environnementaux induits par l’homme’) est l’un des sept articles scientifiques publiés par ‘Blue Food Assessment’ (BFA) (l’Évaluation des aliments bleus (BFA)) dans le cadre d’un effort mondial visant à informer la durabilité future des aliments aquatiques.

Parallèlement au changement climatique, le rapport souligne que des systèmes de production d’aliments bleus hautement vulnérables se trouvent sur tous les continents, y compris certains des plus grands producteurs mondiaux d’aliments bleus tels que la Norvège, la Chine et les États-Unis, mais soutient également qu’il y a trop souvent un manque de compréhension de la complexité des facteurs de stress causant des changements environnementaux.

’Nous n’avons fait qu’effleurer la surface de notre compréhension sur la façon dont les facteurs de stress environnementaux sont liés et de la manière dont ils peuvent à la fois avoir un impact négatif sur la production et la sécurité des aliments bleus qui en résultent’, a déclaré Ling Cao, co-auteur principal et professeur au Laboratoire clé d’État des sciences de l’environnement marin à l’Université de Xiamen.

[Addenda – Xiamen - Ville en Chine - Xiamen est une ville portuaire de la côte sud-est de la Chine séparée de Taïwan par un détroit. Elle se compose de 2 îles principales et d’une région sur le continent. Anciennement connue sous le nom d’Amoy, c’était un port de traité britannique de 1842 à 1912. Un grand nombre d’Européens et de Japonais ont vécu à Gulangyu, qui est aujourd’hui une île sans voitures avec des plages et des rues sinueuses bordées d’anciennes villas coloniales… ― Google ]

’Comprendre la complexité de ces facteurs de stress et leurs impacts en cascade sera essentiel pour développer des stratégies d’adaptation et d’atténuation réussies’, a déclaré Ling Cao .

L’invasion d’espèces, l’eutrophisation intérieure ou la prolifération d’algues, le réchauffement des océans et l’élévation du niveau de la mer, ont été cités par le journal comme les principales menaces pour la production d’aliments bleus aux États-Unis, les pêcheries d’eau douce et marines étant confrontées à des risques disproportionnés.

En tant que plus grand producteur d’aliments bleus, l’aquaculture en eau douce de la Chine est également très exposée à l’eutrophisation intérieure et aux phénomènes météorologiques violents, selon la recherche.

Les auteurs soutiennent également qu’une attention particulière devrait être accordée aux pays confrontés à une forte exposition aux changements environnementaux mais ne possédant pas une capacité d’adaptation adéquate, notamment le Bangladesh, l’Eswatini (ex-Swaziland), le Guatemala, le Honduras et l’Ouganda.

En termes de systèmes de production, le document constate que la pêche maritime était généralement plus vulnérable aux facteurs de stress liés au climat, en particulier la hausse des températures et l’acidification, tandis que l’aquaculture était plus sensible aux effets des maladies et de l’hypoxie, ou à de faibles niveaux d’oxygène.

’Bien que nous ayons fait des progrès en matière de changement climatique, nos stratégies d’adaptation pour les systèmes alimentaires bleus, confrontés au changement environnemental, sont encore sous-développées et nécessitent une attention urgente’, a déclaré Rebecca Short, voir [Rebecca Short Stockholm Resilience Centre ],coauteure principale et chercheuse au Stockholm Resilience Centre.

[Addenda - Stockholm Resilience Centre - Institut de recherche - Traduit de l’anglais -Le Stockholm Resilience Centre est un centre de recherche sur la résilience et la science de la durabilité à l’Université de Stockholm. Il s’agit d’une initiative conjointe de l’Université de Stockholm et de l’Institut Beijer d’économie écologique de l’Académie royale des sciences de Suède. Wikipédia (anglais)]

Parmi les principales recommandations du rapport figure un appel à davantage de collaboration transfrontalière et de stratégies d’adaptation qui reconnaissent que les écosystèmes, sur lesquels repose la production d’aliments bleus, sont hautement interconnectés, les changements environnementaux dans une région ayant des répercussions potentielles ailleurs.

Les auteurs appellent également à une diversification de la production d’aliments bleus dans les pays à haut risque pour faire face à l’impact des changements environnementaux, à moins que des stratégies d’atténuation et d’adaptation suffisantes ne soient adoptées.

De même, le document souligne le besoin urgent d’un plus grand engagement des parties prenantes dans la compréhension, le suivi et l’atténuation des pressions sur les systèmes de production d’aliments bleus. Les connaissances autochtones seront essentielles pour la planification stratégique et les politiques visant à atténuer et à s’adapter aux changements environnementaux, en particulier pour la pêche artisanale et les pays fortement dépendants de la pêche maritime, tels que les ‘Small Island Developing States’ (SIDS) ou ‘Petits États insulaires en développement (PEID)’.

Confrontés à un avenir qui ne présente d’autre certitude que celle du changement, les petits États insulaires en développement sont assaillis de problèmes et de difficultés – certains intrinsèques et immémoriaux, d’autres extrinsèques et nouveaux – dans leur marche vers un mode de vie et un développement durables. Toutefois, les sociétés insulaires sont connues pour être capables de surmonter les épreuves grâce à leurs capacités à inventer et affiner des approches inédites et novatrices pour se développer, mobiliser la société et adapter leur technologie.

En contribuant à forger une nouvelle vision des petites îles et un nouvel engagement à leur égard, l’action propre de l’UNESCO dans l’intérêt des pays et des communautés s’enracine dans les domaines de la culture, des sciences fondamentales et naturelles, des sciences sociales et humaines, de la communication et de l’éducation.

La recherche comprend également un ensemble de données étendu qui classe les pays du monde entier en fonction de l’exposition de leurs systèmes de production d’aliments bleus aux divers facteurs de stress environnementaux.

Source du document de référence : matériel fourni par l’Université de Californie à Santa Barbara. University of California - Santa Barbara - Original écrit par Sonia Fernandez. Remarque : le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

Référence de la Revue : Ling Cao, Benjamin S. Halpern, Max Troell, Rebecca Short, Cong Zeng, Ziyu Jiang, Yue Liu, Chengxuan Zou, Chunyu Liu, Shurong Liu, Xiangwei Liu, William W. L. Cheung, Richard S. Cottrell, Fabrice DeClerck, Stefan Gelcich, Jessica A. Gephart, Dakoury Godo-Solo, Jessie Ihilani Kaull, Fiorenza Micheli, Rosamond L. Naylor, Hanna J. Payne, Elizabeth R. Selig, U. Rashid Sumaila, Michelle Tigchelaar. Vulnerability of blue foods to human-induced environmental change. Nature Sustainability, 2023 ; DOI : 10.1038/s41893-023-01156-y – (Vulnérabilité des aliments bleus aux changements environnementaux induits par l’homme. Durabilité de la nature)

Citer cette page : MLA APA Chicago - University of California - Santa Barbara. ’New research finds that more than 90% of global aquaculture faces substantial risk from environmental change.’ ScienceDaily. ScienceDaily, 26 June 2023. www.sciencedaily.com/releases/2023/06/230626164317.htm .

Contact Us - About This Site | Staff | Reviews | Contribute | Advertise | Privacy Policy | Editorial Policy | Terms of Use - Copyright 1995-2023 ScienceDaily or by other parties, where indicated. All rights controlled by their respective owners. Content on this website is for information only. It is not intended to provide medical or other professional advice. Views expressed here do not necessarily reflect those of ScienceDaily, its staff, its contributors, or its partners. Financial support for ScienceDaily comes from advertisements and referral programs, where indicated. — Manage My Privacy Settings

ScienceDaily : Your source for the latest research news

News : : Press - CENLab - UNIGE

Source de l’article traduit : https://www.sciencedaily.com/releases/2023/06/230626164317.htm


Compléments - Petits États insulaires en développement : plan d’action de l’UNESCO - Septembre 2016 - Faire le point, regarder vers l’avenir

Les petits États insulaires en développement (PEID) restent un cas particulier pour le développement durable. Nous reconnaissons l’appropriation et le leadership des PEID pour surmonter certains de ces défis, mais nous soulignons que, en l’absence de coopération internationale, la réussite restera difficile.

Confrontés à un avenir qui ne présente d’autre certitude que celle du changement, les petits États insulaires en développement sont assaillis de problèmes et de difficultés – certains intrinsèques et immémoriaux, d’autres extrinsèques et nouveaux – dans leur marche vers un mode de vie et un développement durables. Toutefois, les sociétés insulaires sont connues pour être capables de surmonter les épreuves grâce à leurs capacités à inventer et affiner des approches inédites et novatrices pour se développer, mobiliser la société et adapter leur technologie.

En contribuant à forger une nouvelle vision des petites îles et un nouvel engagement à leur égard, l’action propre de l’UNESCO dans l’intérêt des pays et des communautés s’enracine dans les domaines de la culture, des sciences fondamentales et naturelles, des sciences sociales et humaines, de la communication et de l’éducation.

Communiqué de presse L’UNESCO désigne 10 nouvelles réserves de biosphère et une réserve de biosphère transfrontière

Communiqué de presse Une équipe féminine des Philippines remporte le hackathon de l’ingénierie durable organisé à l’occasion de la Journée mondiale de l’ingénierie de l’UNESCO

Actualité Lancement de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

Actualité ’It’s about moving past business-as-usual’ : Ocean Governance for the Solomon Islands

Défis sous-jacents

Le défi à relever consiste à renforcer les capacités, les passerelles et les réseaux, à promouvoir des opérations porteuses de solutions, qui mobilisent les acteurs et les publics déterminants, produisent une dynamique et un impact réels et soient respectueux des cultures tout en étant scientifiquement valables. Relever ce défi exige une collaboration efficace entre les différents secteurs de la société et des organisations (coopération intersectorielle), entre régions et îles appartenant à différents régimes politiques (coopération interrégionale) et entre générations (coopération entre générations). En collaboration avec les gouvernements, la société civile, les organes régionaux et les autres organisations internationales, l’UNESCO non seulement entreprend des actions ciblées pour assurer la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des Petits états insulaires en développement (PEID), connu sous le nom de Programme d’Action de la Barbade (BPoA) depuis 1994, Stratégie de Maurice depuis 2005 et SAMOA Pathway (Samoa, la Voie à suivre) depuis 2014.

Publications UNESCO :

Vers la résilience au changement climatique : minimiser les pertes et les dommages dans les communautés des PEID du Pacifique - UNESCO Office Apia - 2017

0000260140

Petits États insulaires en développement : plan d’action de l’UNESCO - Sept. 2016

0000246082

Patrimoine culturel subaquatique et petits États insulaires en développement UNESCO Office Apia 2014

0000231218

Îles du futur : renforcer la résilience dans un monde qui change 2014

0000224512

Petits États insulaires en développement (PEID)Haut du formulaireBas du formulaire

UNESCO Conditions d’utilisation Politiques Explorer l’UNESCO

Source : https://www.unesco.org/fr/sids

Retour au début du document traduit


Compléments sur les aliments aquatiques (« bleus ») ou produits de la mer

Boîte à outils ICDA sur la durabilité

Durabilité- Soutenir la durabilité de la nutrition

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Boîte à outils ICDA sur la durabilité > Rapports > Recherche > Des aliments aquatiques (d’origine animale) pour nourrir les nations (2021)

Le contenu de cette page a été produit par traduction automatique et n’a pas encore été vérifié pour son exactitude. Nous espérons que cela vous sera utile, mais attendez-vous à ce qu’il y ait probablement des problèmes avec la traduction.

Des aliments aquatiques (d’origine animale) pour nourrir les nations (2021)

Golden, C.D., Koehn, J.Z., Shepon, A. et al. Des aliments aquatiques pour nourrir les nations. Nature 598, 315-320 (2021). https://doi.org/10.1038/s41586-021-03917-1 (source ouverte)

Résumé :

Bien qu’ils contribuent à l’alimentation saine de milliards de personnes, les aliments aquatiques sont souvent sous-estimés en tant que solution nutritionnelle, car leur diversité est souvent réduite à la valeur protéique et énergétique d’un seul type d’aliment (« fruits de mer » ou « poisson »)1,2,3,4.

Nous créons ici un modèle cohérent qui associe les aliments terrestres à près de 3 000 taxons d’aliments aquatiques afin de comprendre l’impact futur des aliments aquatiques sur la nutrition humaine. Nous projetons deux futurs plausibles jusqu’en 2030 : un scénario de base avec une croissance modérée de la production d’aliments d’origine animale aquatique (AASF), et un scénario de forte production avec une augmentation de l’offre d’AASF de 15 millions de tonnes par rapport au scénario de maintien du statu quo en 2030, en grande partie grâce aux investissements et à l’innovation dans le domaine de la production aquacole.

Fig. 1 : Diversité des nutriments des aliments d’origine animale aquatiques par rapport aux aliments d’origine animale terrestres.

Richesse alimentaire aquatique (bleu) et terrestre (vert) évaluée comme un rapport entre les concentrations de chaque nutriment pour 100 g et l’apport journalier recommandé en nutriments.

Chaque case grisée représente la valeur médiane de chaque nutriment dans un tissu musculaire pour toutes les espèces de chaque groupe taxonomique.

Les groupes d’aliments ont été classés verticalement en fonction de leur richesse moyenne en nutriments, les valeurs les plus élevées correspondant à un pourcentage plus important de l’apport journalier recommandé.

figure 1

En comparant l’évolution de la consommation de produits agricoles traditionnels entre les différents scénarios, nous mettons en évidence les vulnérabilités géographiques et démographiques et estimons l’impact sur la santé des causes liées à l’alimentation. Au niveau mondial, nous constatons qu’un scénario de production élevée fera baisser les prix des PSAA de 26 % et augmentera leur consommation, réduisant ainsi la consommation de viande rouge et de viande transformée qui peut entraîner des maladies non transmissibles liées à l’alimentation5,6 tout en évitant environ 166 millions de cas d’apport inadéquat en micronutriments.

Cette constatation fournit une large base factuelle aux décideurs politiques et aux acteurs du développement pour capitaliser sur le potentiel des aliments aquatiques afin de réduire l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et de lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes.

Extrait de discussion :

Il est essentiel de tenir compte du lieu et du mode de production des aliments aquatiques, car les impacts environnementaux, sociaux et économiques peuvent varier considérablement entre les secteurs de la capture sauvage et de l’aquaculture(Méthodes supplémentaires).

Malgré la variabilité des impacts environnementaux entre les secteurs de production alimentaire d’origine animale, l’aquaculture et la pêche de capture sauvage produisent presque toujours moins d’émissions de gaz à effet de serre et utilisent moins de terres que l’élevage de viandes rouges, et de nombreux AASF obtiennent de meilleurs résultats que l’élevage de volailles. 33 .

Pour que l’expansion de la production alimentaire aquatique soit bénéfique pour la santé humaine de manière durable et équitable, il faudra des politiques et des technologies qui atténuent les incidences sur les écosystèmes, les industries et les communautés adjacents. 21 .

Recherche - Changement de politique - Développement des connaissances personnelles – recherche – Global - Admin - ©2023 ICDA Toolkit – Source : https://icdasustainability.org/fr/report/42945/

Retour au début du document traduit

Collecte de documents et agencement, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 30/06/2023

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

Site : https://isias.info/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Aquaculture Climat Aliments aquatiques PEID.5.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, un site sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, sans mouchard, sans cookie tracker, sans fichage, un site entièrement géré sous Linux et avec l’électricité d’Énercoop , géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -