Accueil > Pour en savoir plus > Agriculture, Souveraineté alimentaire, Alimentation > Agriculture > "Le camouflage du blé par une odeur de cette denrée pourrait constituer un (...)

"Le camouflage du blé par une odeur de cette denrée pourrait constituer un outil pour la lutte contre les ravageurs avec de l’huile de germe de blé répandue sur le champ lors du semis – Complément critique sur les monocultures" par Bethany Brookshire

Traduction & Compléments de Jacques Hallard

mardi 20 juin 2023, par Brookshire Bethany

ISIAS Agriculture Blé Ravageurs Rongeurs

Le camouflage du blé par une odeur de cette denrée pourrait constituer un outil pour la lutte contre les ravageurs avec de l’huile de germe de blé répandue sur le champ lors du semis – Complément critique sur les monocultures

Traduction du 14 juin 2023 – avec ajout d’une annexe sur les monocultures - par Jacques Hallard d’un article de Bethany Brookshire en date du 13/06/2023, publié par ‘sciencenews.org’ sous le titre Camouflaging wheat with a wheat smell could be a new approach to pest control ; référence : https://www.sciencenews.org/article/camouflaging-wheat-smell-pest-control

[Addenda ISIAS à propos des monocultures de plantes annuelles comme le blé – « Les principaux inconvénients des monocultures sont la perte de biodiversité et l’augmentation du nombre de parasites résistants et d’agents pathogènes des plantes qui s’adaptent à une culture unique donnée. D’autre part, la monoculture entraîne également une diminution de la qualité physique, biologique et chimique du sol…]

A close up photo of a tiny brown mouse eating from a small pile of grain with burlap sacks in the background.

Les souris sont minuscules, mais leur appétit est grand. Les rongeurs sont responsables de la perte de 70 millions de tonnes métriques de céréales par an. Une seule solution ? Camoufler le blé — avec plus de blé. tenra/iStock / Galerie d’images Plus

Maintenant tu le sens, maintenant tu ne le sens plus. Ou le fais-tu ? Utilisée correctement, une petite erreur d’orientation pourrait aider à éloigner les souris des graines de blé fraîchement mises en terre.

Le camouflage des graines de blé peut réduire la perte de graines de plus de 60%, rapportent des scientifiques le 22 mai 2023 dans ‘Nature Sustainability’. Tout ce qu’il faut, c’est que tout le champ sente le blé.

Les rongeurs, y compris les souris, sont responsables du grignotage de 70 millions de tonnes métriques de céréales chaque année. Une partie de ce grignotage a lieu en Australie, où, lorsque le temps le permet, les souris domestiques (Mus musculus) peuvent atteindre des proportions de peste — des hordes de plus de 1.000 souris par hectare, explique Peter Banks, écologiste comportemental à l’Université de Sydney. Il y a tellement de souris sur la route, dit-il, personne ne peut les éviter. “C’est comme conduire sur du papier bulle.”

Lorsque les agriculteurs sèment du blé, les souris descendent dans les rangs, reniflent les graines sous le sol et les déterrent. Habituellement, les agriculteurs envahis de souris se tournent vers des poisons tels que le phosphure de zinc, qui se transforme en phosphine gazeuse dans l’estomac d’une souris. Malheureusement, il est difficile de rendre un poison suffisamment attrayant pour que les souris ignorent le buffet de blé, et les agriculteurs doivent en utiliser de plus en plus, explique Steve Henry, écologiste des rongeurs à l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth à Canberra, en Australie, qui n’a pas participé à l’étude.

Et si les souris ne pouvaient pas du tout renifler les grains ? Banks et son collègue Finn Parker, également écologiste comportemental à l’Université de Sydney, ont travaillé sur des parfums couvrant le camouflage olfactif avec, eh bien, plus de parfums. La technique a commencé avec des prédateurs envahissants qui chassent les nids d’oiseaux menacés en les sentant. ” Nous avons pensé, eh bien, si nous mettons ces odeurs partout, comment diable peuvent-ils alors savoir où se trouvent réellement les nids’, dit Banks.

Banks, Parker et leurs collègues avaient utilisé des souris pour étudier le camouflage olfactif en laboratoire. Quand Banks a vu une photo des trous que les souris creusaient dans les champs de céréales, “J’ai pensé, ils trouvent ces graines par l’odeur. Et donc pouvons-nous utiliser la même idée dans ce système ?”

Avant ou pendant le semis, les scientifiques ont pulvérisé des parcelles d’essai criblées de souris avec de l’huile de germe de blé, un sous-produit de la transformation du blé qui est généralement utilisé dans les cosmétiques et l’alimentation animale. Les huiles sont les parties les plus nutritives, dit Banks, et l’odeur des huiles est “ce que [les souris] utilisent pour trouver les graines sous terre.”

An overhead photo of a series of holes dug into the ground in three rows with vegetation in between the rows.

Une photo aérienne d’une série de trous creusés dans le sol en trois rangées avec de la végétation entre les rangées. Ces minuscules trous sont un gros problème. Chaque trou ici est une graine de blé volée qu’une souris a reniflée et extraite du sol. Peter Banques

Deux semaines après le semis des graines, les parcelles arrosées d’huile avant le semis présentaient 74% moins de trous de souris, passant d’une moyenne d’environ 125 trous par parcelle à moins de 30. Les parcelles qui ont reçu l’huile pendant le semis avaient 63 pour cent moins de trous — d’environ 125 à moins de 40 graines volées. Lorsque les parcelles ont reçu de l’huile avant de semer, dit Parker, les souris “arrivaient, elles cherchaient de la nourriture et elles ne trouvaient tout simplement rien. ’Dans ce cas, lorsque les graines sont entrées dans le sol, les souris ont peut-être déjà appris à ne pas s’embêter avec cette parcelle. Lorsque l’huile était livrée pendant les semis, il devenait plus difficile pour les animaux de trouver les graines de blé qu’ils cherchaient.

” C’est l’une des parties les plus élégantes de celui-ci’, dit Henry. ’Saturer la région avec l’odeur du blé. ’Le défi, note-t-il, sera d’amener les agriculteurs à l’adopter. Le test a été effectué sur une récolte de blé de 27 hectares, mais les agriculteurs australiens sèment plantent souvent 6.000 hectares ou plus. Ils auraient besoin d’un moyen d’appliquer l’huile de germe de blé au moment de la plantation, alors qu’ils ont déjà beaucoup à gérer.

Et le camouflage ne suffira probablement pas à lui seul, dit Henry. “Je ne vois pas cela comme un remplacement de l’appât, mais je vois cela comme un autre outil dans le hangar qui va vraiment aider”.

Citations

F.C.G. Parker et al. Olfactory misinformation reduces wheat seed loss caused by rodent pests. Nature Sustainability. Published online May 22, 2023. doi : 10.1038/s41893-023-01127-3.

About Bethany Brookshire - Bethany was previously the staff writer at Science News for Students. She has a Ph.D. in physiology and pharmacology from Wake Forest University School of Medicine.

À propos de Bethany Brookshire - Bethany était auparavant rédactrice pour ‘Science News for Students’. Elle est titulaire d’un doctorat en physiologie et en pharmacologie de l’école de médecine de l’université Wake Forest.

Cet article a été soutenu par des lecteurs comme vous. Notre mission est de fournir au public des informations scientifiques précises et attrayantes. Cette mission n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui. En tant qu’organisme d’information à but non lucratif, nous ne pouvons pas le faire sans vous. Votre soutien nous permet de maintenir notre contenu gratuit et accessible à la prochaine génération de scientifiques et d’ingénieurs. Investissez dans un journalisme scientifique de qualité en faisant un don aujourd’hui. Faire un don > Donate Now

https://www.sciencenews.org/wp-content/uploads/2022/11/cards-330x66.png

Science News

Science News Vector Logo - (.SVG + .PNG) - GetVectorLogo.Com

Source de l’article traduit : https://www.sciencenews.org/article/camouflaging-wheat-smell-pest-control

Retour au début du dossier


Annexe sur les monocultures

Monoculture - Définition, avantages et inconvénients - Par Mª Belén Acosta, Technicienne en jardinage et ressources naturelles et paysagères. 21 septembre 2022 – Document ‘projetecolo.com’

https://cdn0.projetecolo.com/fr/users/4/0/0/img_4_50_square.jpg

Monoculture - Définition, avantages et inconvénientsPhoto

La monoculture est une pratique répandue dans de nombreuses exploitations agricoles. À l’heure où la demande d’aliments à bas prix augmente, il est logique de penser qu’un système de plantations permettant d’obtenir de grandes quantités d’aliments à bas prix est l’option idéale, mais la réalité est que la monoculture est loin d’être une pratique si bonne que ça.

Vous vous interrogez à propos de la définition de la monoculture ? Vous vous demandez quels sont ses avantages, ses inconvénients ? Eh bien, poursuivez la lecture de cet Monoculture - Définition, avantages et inconvénients article de ProjetEcolo !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Biodiésel - Définition, avantages et inconvénients

Index :

1.Définition de monoculture

2.Avantages et inconvénients de la monoculture

3.Conséquences de la monoculture

Définition de monoculture

La monoculture est assez simple à définir : il s’agit d’une méthode d’exploitation agricole à grande échelle où l’on ne cultive qu’une seule espèce végétale (blé, maïs, etc...). Dans ces champs en monocultures, on utilise les mêmes techniques et des méthodes à très grande échelle.

C’est un système de culture à faible intensité de main-d’œuvre, mais qui nécessite des moyens technologiques plus avancés. La monoculture est très avantageuse pour les producteurs à court et moyen terme, car elle leur permet de réaliser des profits et des rendements importants sur la terre. Cependant, la monoculture est très dangereuse à long terme, et on sait maintenant que c’est une pratique très problématique d’un point de vue écologique, car elle dégrade le sol et qu’elle participe à la création de parasites très résistants et difficiles à contrôler.

L’alternative à la monoculture est, bien sûr, la multiculture. En associant différentes cultures qui se complètent, soit simultanément, soit par le biais de la rotation des cultures, le sol ne s’appauvrit pas en nutriments et ne perd pas sa microfaune, ce qui permet au sol de conserver sa qualité et sa diversité biologique.

Pour encourager ce type de pratique, l’Union européenne a mis en place le verdissement, une subvention accordée chaque année aux agriculteurs qui travaillent selon des techniques écologiques et respectueuses de la planète, la pratique de la polyculture étant l’une des principales.

Monoculture - Définition, avantages et inconvénients - Définition de monoculture Photo

Avantages et inconvénients de la monoculture

Voyons de suite les principaux avantages et inconvénients de la monoculture :

Avantages de la monoculture

  • Le principal avantage de la monoculture est qu’elle permet d’avoir une forte production agricole et ainsi satisfaire les demandes du marché en terme de produits agricoles de bases (blé, maïs, soja, etc...). Le maïs, le soja, le coton ou le pin sont quelques-uns des très nombreux exemples des monocultures qui existent sur notre terre.
  • Un autre avantage de la monoculture est qu’elle requiert peu de main d’œuvre.
  • Comme elle permet la production de grandes quantités de produit, la monoculture est bon marché et ses produits sont accessibles pour presque la majorité des gens.
    Inconvénients de la monoculture

La monoculture est très dangereuse car elle affecte négativement l’environnement. Voyons de quelle manière :

  • Elle épuise et dégrade les sols. En effet, la culture répétée d’une seule et même espèce végétale épuise littéralement les sols car elle pompe tous les nutriments dont elle a besoin pour croître. Elle érode donc les sols à long terme et la terre a besoin de fertilisants chimiques. Dans l’article suivant, on vous parle d’un sujet légèrement différent, mais qui peut vous intéresser : Pollution des sols - Causes et conséquences.
  • Un autre inconvénient de la monoculture est que, comme sur de grandes espaces se trouve qu’une seule et même espèce végétale, les fléaux et maladies peuvent se propager rapidement et provoquer de très lourdes pertes. En plus, l’utilisation réitérée des mêmes produits chimiques pour les combattre peut finir par faire apparaître des parasites et des maladies qui y résistent, ce qui accroit la dépendance aux produits chimiques. Cette dépendance a des effets sur le produit en question qui finit par être très chimique.
  • La monoculture détruit également la diversité biologique de la zone car elle provoque la disparition de nombreux microorganismes essentiels à la bonne santé des sols et pour la protection des menaces qui pèsent sur eux. Découvrez dans l’article suivant les causes et les conséquences de la perte de biodiversité.

    Monoculture - Définition, avantages et inconvénients - Avantages et inconvénients de la monoculture Photo

Conséquences de la monoculture

Les conséquences de la monoculture sont donc ’bénéfiques’ pour le producteur à court et moyen terme, mais absolument catastrophiques à long terme. Le caractère bon marché du produit est confronté à l’érosion et à la dégradation des terres qui seront par la suite inutilisables pour les cultures, ainsi qu’à la menace des parasites et des maladies qui résistent aux produits les plus couramment utilisés et qui nécessiteront l’utilisation d’encore plus de produits chimiques pour les combattre.

Il est donc important de sensibiliser et d’aider les agriculteurs à travailler avec des méthodes durables afin qu’ils aient les outils nécessaires pour bien travailler et ne pas éroder les sols.

Si vous souhaitez lire plus d’articles semblables à Monoculture - Définition, avantages et inconvénients, nous vous recommandons de consulter la catégorie Planter et s’occuper de ses plantes.

Source : https://www.projetecolo.com/monoculture-definition-avantages-et-inconvenients-854.html

Entre monoculture et rotation, faut-il choisir ?

Le blog de l’agriculture expliquée par ceux qui la connaissent a une devise : les faits et rien que les faits. Ni lanceur d’alerte, ni lanceur de polémique, certains amalgames nous font parfois quand même dresser les épis de bottes de pailles. Aujourd’hui, on entend souvent que monoculture rime avec agriculture intensive et que les rotations n’auraient que des vertus. Alors, entre monoculture et rotations faut-il vraiment choisir, Résonnances vous dit tout !

http://blogresonnances.fr/wp-content/uploads/2019/01/monoculture_rotation_03-01-1.png

Monoculture [nf] : succession sur la même parcelle d’une même espèce de plante, année après année, alors qu’il s’agit d’espèces à cycle annuel (maïs, blé, pomme de terre…). Au-delà de sa définition stricto sensu, la monoculture distingue deux réalités. D’une part les cultures pérennes comme la vigne ou l’arboriculture qui sont des monocultures… par nature ! Hé oui, pas de rotation possible quand on a besoin d’années pour pousser et commencer à produire des grappes ou des fruits de qualité en quantité. Même chose pour les prairies permanentes qui, comme leur nom l’indique ne sont jamais retournées. Et il y a d’autre part la monoculture de cultures annuelles, semées à l’automne et récoltées l’été suivant (comme le blé) ou au printemps pour l’automne suivant (comme le maïs). C’est cette forme de monoculture qui est régulièrement dénoncée. Or cette monoculture dite intensive, soupçonnée d’être généralisée ne touche en réalité que la culture du maïs et du blé. Ainsi, sur plus de 3 millions d’hectares de maïs cultivés, environ 500.000 ha sont conduits en monoculture (soit près de 15 % des surfaces en maïs et 1,6 % de la surface agricole cultivée). Pour le blé même constat, seuls environ 15 % du blé est semé après une culture précédente de blé.

http://blogresonnances.fr/wp-content/uploads/2019/01/monoculture_rotation_01-01-1.png

À la vue de ces chiffres, aucun doute, en France, la grande majorité des cultures est produite en rotation. Et plus qu’une question de convictions, c’est d’abord une question de bon sens ! Contrairement à la monoculture, la rotation culturale largement utilisée en France consiste à alterner différentes cultures sur la même parcelle. Les rotations peuvent être plus ou moins longues selon les régions, la nature de sols, le climat, les types de production et les risques sanitaires comme les champignons, les parasites animaux et mauvaises herbes.

Car la principale vertu de la culture en rotation, bien connue du bon sens paysan est de protéger naturellement les cultures en rompant le cycle de leurs parasites. Ainsi, certaines espèces ne sont jamais produites plus d’une année de suite sur la même parcelle, essentiellement pour des raisons sanitaires : les betteraves, les pommes de terre, les pois protéagineux…C’est pour la même raison que l’on introduit fréquemment dans des régions à vocation céréalière des cultures de betteraves, de maïs, de pommes de terre, de colza ou de pois. Pour éviter et maitriser une éventuelle catastrophe sanitaire (forte diminution de récolte, récolte invendable), les betteraves et pommes de terre par exemple ne peuvent pas revenir sur les mêmes parcelles avant 4 ou 5 ans. Les prairies dites temporaires intègrent elles aussi, ce principe : cultivées pour plusieurs années, elles laissent ensuite la place à une succession de cultures annuelles. La rotation des cultures n’est donc pas l’apanage de la production biologique même si celle-ci en fait un principe de base et pratique le plus souvent des rotations un peu plus longues que l’agriculture conventionnelle.

http://blogresonnances.fr/wp-content/uploads/2019/01/monoculture_rotation_02-01.png

En résumé, si quelques régions françaises comme l’Alsace ou les Pyrénées-Atlantiques bénéficient d’une forte présence du maïs conduit plus fréquemment en monoculture, la France est principalement une terre de cultures en rotation. Bon sens paysan oblige !

Source : http://blogresonnances.fr/entre-monoculture-et-rotation-faut-il-choisir/

La monoculture, une pratique peu amicale pour la planète – Document ‘agroptima.com’

caracteristiques de la monoculturePhoto

Il est facile de définir ce qu’est la monoculture : un système de production agricole qui consacre toutes les terres disponibles à la plantation d’un même type de culture.
Toutefois, il est difficile de parler de ses avantages et de ses inconvénients, car d’une part, c’est le moyen le plus efficace de répondre à la demande croissante de nourriture dans le monde, mais d’autre part, cette pratique peut entraîner la dégradation des sols et un problème environnemental qui se profile déjà à l’horizon.

Caractéristiques de la monoculture

La production alimentaire à grande échelle a trouvé dans les monocultures un allié pour optimiser les ressources. Sa principale caractéristique est l’ensemencement massif du même type d’aliments, ce qui permet d’atteindre de grands volumes à moindre coût.

Comme il s’agit du même type de produit, le soin des cultures est géré de manière générale en utilisant des techniques et des machines à la pointe de la technologie ou à l’aide de ce qu’on appelle l’agriculture de précision pour semer, fertiliser, contrôler les parasites ou encore récolter.

Les monocultures les plus populaires aujourd’hui sont celles des céréales comme, entre autres :

  • le soja
  • des arbres comme l’eucalyptus et le pin
  • de la canne à sucre
  • du coton…
    Selon les estimations de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), en 2050, lorsque la population mondiale atteindra 9 milliards de personnes, la demande alimentaire augmentera de 70%. Cette situation laisse à penser que la production à grande échelle par le biais de monocultures pourrait satisfaire les besoins.

Cependant, cette industrie extensive, bien que générant beaucoup de quantité, ne serait pas une solution mais plutôt un problème, car elle détériorerait les terres productives.

Inconvénients des monocultures

Comme il s’agit de la même variété de plantation, il est plus facile pour les maladies et les ravageurs de se propager. Et bien qu’il soit également plus facile d’appliquer les produits phytopharmaceutiques correspondants, il y a un plus grand risque que ceux-ci réapparaissent et même qu’ils génèrent une résistance. Par conséquent, les aliments de la monoculture peuvent contenir un excès de produits chimiques toxiques.

En outre, la surexploitation du sol, qui est soumis aux exigences nutritionnelles d’une même culture pendant longtemps, rend le sol plus facilement fragilisé et érodé, ce qui affecte également l’écosystème naturel composé de micro-organismes, d’insectes ou de différentes espèces.

Il existe des techniques telles que la fertilisation périodique ou la rotation des cultures (même si un seul type d’espèces est planté à la fois) qui permettraient de minimiser l’impact négatif.

Quelle est l’alternative à la monoculture ?

Bien que cela semble évident, la meilleure alternative aux monocultures est la polyculture, c’est-à-dire la rotation ou la distribution de différents types de cultures.

Il s’agit de combiner différentes espèces afin qu’elles se complètent et utilisent mieux les nutriments du sol. Un exemple de la lutte contre les monocultures dans l’Union européenne est le “greening” ou paiement vert, qui consiste à fournir une subvention annuelle aux agriculteurs qui intègrent des coutumes respectueuses de la planète, y compris la diversification des cultures.

Découvrez nos conseils sur la rentabilité agricole dans cet ebook

avatar

Author Maria Franquesa

Source : https://www.agroptima.com/fr/blog/monocultures-pratique-planete/

Retour au début de l’annexe sur les monocultures

Retour au début du dossier


Collecte de documents et agencement, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 19
/06/2023

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

Site : https://isias.info/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS Agriculture Blé Ravageurs Rongeurs.3.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, un site sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, sans mouchard, sans cookie tracker, sans fichage, un site entièrement géré sous Linux et avec l’électricité d’Énercoop , géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -