Accueil > Pour en savoir plus > Sols > "Les peuples indigènes ont peut-être créé à dessein la « terre noire » (Terra (...)

"Les peuples indigènes ont peut-être créé à dessein la « terre noire » (Terra preta) de l’Amazonie : ce sol fertile pourrait être une source massive et méconnue de carbone stocké par les anciens habitants" par Freda Kreier

Traduction & Compléments de Jacques Hallard

lundi 9 janvier 2023, par Kreier Freda

ISIAS Sols cultivables Brésil

Les peuples indigènes ont peut-être créé à dessein la « terre noire » (Terra preta) de l’Amazonie : ce sol fertile pourrait être une source massive et méconnue de carbone stocké par les anciens habitants

Traduction du 09
janvier 2023 – avec ajout d’un complément sur la « terre noire » (Terra preta) par Jacques Hallard d’un article de Freda Kreier en date du 05/01/2023, diffusé par ‘sciencenews.org’ sous le titre « Indigenous people may have created the Amazon’s ‘dark earth’ on purpose »  ; référence : https://www.sciencenews.org/article/indigenous-people-created-amazon-dark-earth

An Amazonian woman walks away from the camera while holding a large basket on her head.

Photo - Il est difficile de faire pousser des plantes dans le sol pauvre en nutriments de l’Amazonie. Selon une tradition vieille de plusieurs milliers d’années, le peuple indigène Kuikuro au Brésil surmonte ce problème en fabriquant son propre sol fertile à partir de cendres, de restes de nourriture et de brûlages contrôlés. Morgan Schmidt

CHICAGO - Les peuples indigènes de l’Amazonie ont peut-être délibérément créé un sol fertile pour l’agriculture depuis des milliers d’années.

Sur les sites archéologiques du bassin de l’Amazone, de mystérieuses parcelles de sol exceptionnellement fertile parsèment le paysage. Les scientifiques ont longtemps débattu de l’origine de cette ’terre noire’, de couleur plus foncée que les sols environnants et plus riche en carbone.

Aujourd’hui, des chercheurs ont démontré que les indigènes Kuikuro, dans le sud-est du Brésil, créent intentionnellement un sol similaire autour de leurs villages. Cette découverte, présentée le 16 décembre à la réunion de l’American Geophysical Union, renforce l’idée que les Amazones de jadis fabriquaient aussi délibérément ce type de sol.

Le fait que les habitants de Kuikuro fabriquent de la terre noire aujourd’hui est un ’argument assez fort’ pour dire que des gens en fabriquaient aussi dans le passé, déclare Paul Baker, géochimiste à l’université Duke, qui n’a pas participé aux recherches.

Ce faisant, ces premiers habitants ont peut-être stocké par inadvertance des quantités massives de carbone dans le sol, explique Taylor Perron, géologue au MIT, qui a présenté l’étude. Selon lui, cette technique pourrait servir de modèle pour la mise au point de méthodes permettant de fixer durablement le carbone atmosphérique dans les sols tropicaux, ce qui contribuerait à lutter contre le changement climatique.

Les populations indigènes modifient l’Amazonie depuis des milliers d’années

Le monde occidental a longtemps considéré l’Amazonie comme une vaste étendue sauvage qui était relativement intacte avant l’arrivée des Européens. Au centre de cet argument se trouve l’idée que le sol de l’Amazonie, pauvre en nutriments comme les autres sols tropicaux, a empêché ses habitants de développer une agriculture à l’échelle nécessaire pour soutenir des sociétés complexes.

Mais une série de découvertes archéologiques faites au cours des dernières décennies - notamment la découverte d’anciens centres urbains dans les régions amazoniennes de l’actuelle Bolivie - a révélé que des personnes façonnaient activement l’Amazonie depuis des milliers d’années avant l’arrivée des Européens (SN : 5/25/22).

La plupart des scientifiques s’accordent aujourd’hui à dire que la présence de terre noire près des sites archéologiques signifie que les Amazones de jadis utilisaient ce sol pour cultiver. Mais alors que certains archéologues affirment que les gens ont délibérément fabriqué le sol, d’autres soutiennent que la terre noire a été déposée par des processus géologiques.

Perron et ses collègues ont examiné des entretiens avec des personnes de Kuikuro menés par un cinéaste de Kuikuro en 2018. Ces conversations ont révélé que les villageois de Kuikuro fabriquent activement de la terre noire - eegepe en kuikuro - en utilisant des cendres, des restes de nourriture et des brûlages contrôlés.

’Lorsque vous plantez là où il n’y a pas d’eegepe, le sol est faible’, a expliqué l’aîné Kanu Kuikuro dans l’un des entretiens. ’C’est pourquoi nous jetons les cendres, les épluchures de manioc et la pulpe de manioc’.

Les chercheurs ont collecté des échantillons de sol autour des villages Kuikuro et des sites archéologiques dans le bassin de la rivière Xingu au Brésil. Selon M. Perron, l’équipe a trouvé des ’similitudes frappantes’ entre les échantillons de terre noire des sites anciens et modernes. Tous deux étaient beaucoup moins acides que les sols environnants - probablement grâce à l’effet neutralisant des cendres - et contenaient des niveaux plus élevés de nutriments favorables aux plantes.

Photo - Un sol qui ressemble étrangement à la terre noire peut être trouvé dans et autour des villages de Kuikuro (l’un d’entre eux est vu d’en haut) dans le sud-est du Brésil. Google Earth, Données cartographiques : Google, Maxar Technologies

[Addenda - Les Kuikuro sont l’un des 17 peuples amérindiens à habiter le Parc Indigène du Xingu dans le Haut-Xingu au Mato Grosso, sur le territoire du Brésil. Ils font partie du complexe culturel du Haut-Xingu…. - Les Kuikuro étaient 653 en 2014 (selon SIASI/SESAI)4 et ils vivent majoritairement dans trois villages : Ipatse, Ahukugi et Lahatuá, avec une cinquantaine de personnes vivant dans un village Yawalapiti2. Wikipédia

Le Mato Grosso est l’un des 26 États du Brésil. Il fait partie de la région Centre-Ouest. Sa capitale est la ville de Cuiabá. En 2019, l’État, qui compte 1,66 % de la population brésilienne, est responsable de 1,9 % du PIB du pays. C’est l’un des États les plus évolutifs du pays, aidant le Brésil à se développer. Wikipédia

Mato Grosso

Carte de l’État du Mato Grosso (en rouge) à l’intérieur du Brésil].

La terre noire pourrait stocker beaucoup de carbone en Amazonie

Ces analyses ont également révélé que la terre sombre retient en moyenne deux fois plus de carbone que les sols environnants. Les balayages infrarouges de la région de Xingu suggèrent que la zone est truffée de terres sombres et que près de 9 mégatonnes de carbone, soit les émissions annuelles de carbone d’un petit pays industrialisé, pourraient ne pas avoir été comptabilisées dans la région, ont indiqué les chercheurs lors de la réunion.

Selon M. Perron, ce chiffre, bien que préliminaire, pourrait atteindre à peu près les émissions annuelles de carbone des États-Unis lorsque toute la terre noire de l’Amazonie est prise en compte.

Déterminer la quantité de carbone réellement stockée en Amazonie pourrait contribuer à améliorer les simulations climatiques. Mais les estimations des chercheurs sont une ’énorme extrapolation à partir d’un très petit ensemble de données’, met en garde Baker - un sentiment partagé par Perron.

Pour déterminer la valeur réelle du carbone stocké dans la terre sombre de l’Amazonie, il faudra disposer de davantage de données, déclare Antoinette Winkler-Prins, géographe à l’université Johns Hopkins, qui n’a pas participé à l’étude. Néanmoins, cette recherche a ’des implications profondes sur le passé et l’avenir’ de l’Amazonie, dit-elle.

D’une part, cette technique met en évidence la façon dont les peuples anciens ont pu prospérer en Amazonie en développant une agriculture durable qui se doublait d’une technique de piégeage du carbone. À l’heure où de plus en plus de gaz à effet de serre pénètrent dans l’atmosphère, fabriquer de la terre noire - ou quelque chose de similaire - pourrait être une méthode pour atténuer le changement climatique tout en soutenant l’agriculture sous les tropiques.

’Dans l’Antiquité, les gens ont trouvé un moyen de stocker beaucoup de carbone pendant des centaines, voire des milliers d’années’, explique M. Perron. ’Peut-être pouvons-nous apprendre quelque chose de cela’.

Citations

M. Schmidt et al. Intentional creation of carbon-rich dark earth soils in the Ancient Amazon. American Geophysical Union meeting, Chicago, December 16, 2022.

https://www.sciencenews.org/wp-content/uploads/2021/10/F_Kreier-214x214.jpg

À propos de Freda Kreier - Freda Kreier était stagiaire à l’automne 2021 chez ‘Science News’. Elle est titulaire d’un baccalauréat en biologie moléculaire du Colorado College et d’une maîtrise en communication scientifique de l’Université de Californie à Santa Cruz.

Articles apparentés :

Science & SocietyRussia’s invasion could cause long-term harm to Ukraine’s prized soilBy Rebecca DzombakJune 21, 2022

EarthSmoldered-Earth Policy : Created by ancient Amazonian natives, fertile, dark soils retain abundant carbonBy Ben HarderMarch 1, 2006

HumansQuarrying stone for Easter Island statues made soil more fertile for farmingBy Bruce Bower October 25, 2019 –

Science NewsNB This article was supported by readers like you. Our mission is to provide accurate, engaging news of science to the public. That mission has never been more important than it is today. As a nonprofit news organization, we cannot do it without you. Your support enables us to keep our content free and accessible to the next generation of scientists and engineers. Invest in quality science journalism by donating today.

Cet article a été soutenu par des lecteurs comme vous. Notre mission est de fournir au public des informations précises et intéressantes sur la science. Cette mission n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui. En tant qu’organisation d’information à but non lucratif, nous ne pouvons y parvenir sans vous. Votre soutien nous permet de maintenir notre contenu gratuit et accessible à la prochaine génération de scientifiques et d’ingénieurs. Investissez dans un journalisme scientifique de qualité en faisant un don aujourd’hui. Donate Now

Source : https://www.sciencenews.org/article/indigenous-people-created-amazon-dark-earth

https://www.sciencenews.org/wp-content/uploads/2019/08/sn-fallback.png

Retour au début du document traduit


Complément - ‘Terra preta’ d’après Wikipédia

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/da/Terra_preta_HC1.JPG/220px-Terra_preta_HC1.JPGCliquer sur l’image pour l’agrandir

La terra preta (prononcé en portugais : /ˈtɛʁɐ ˈpɾetɐ/ ou /ˈtɛhɐ ˈpɾetɐ/ ; litt. « terre noire »), également appelée terre noire amazonienne ou terre noire des Indiens dans la littérature scientifique1, est un anthrosol2, un type de sol sombre amazonien. D’origine humaine et d’une fertilité exceptionnelle due à des concentrations particulièrement élevées en charbon de bois, en matière organique et en nutriments (notamment l’azote, le phosphore, le potassium et le calcium)3, il contient une quantité remarquable de tessons de poterie4, et l’activité microorganique y est des plus développées. La terra mulata est un autre type d’anthrosol qui lui est généralement associé.

Ces sols ont pour la plupart été créés par l’être humain entre −800 et 5005, les plus vieux remontant pour leur part à −28006. Ils sont donc d’origine précolombienne. Des milliers d’années après leur création, ils sont si réputés au Brésil qu’ils sont récoltés et vendus comme terreau à rempoter (voir pédologie). Leur profondeur peut aller jusqu’à deux mètres6.

Les étendues de terra preta sont généralement entourées de sols infertiles, principalement l’oxisol3, mais aussi ferralsols, acrisols et arénosolsb 1.

Principales propriétés - La terra preta est un mélange complexe de terrain « naturel » (jaune ou rougeâtre et aride, dans le cas de l’Amazonie), de charbon, de fragments d’objets de poterie, de déchets organiques (résidus de récolte, déjections animales, os de poisson, etc.) et enfin de milliers de micro-organismes différents7.

La terra preta est très fertile, ce qui est une anomalie par rapport aux sols peu productifs de la forêt amazonienne8. Bien que les sols amazoniens exigent normalement des périodes de jachère entre huit et dix ans, six mois de repos peuvent suffire aux sols terra preta pour récupérer8. Dans au moins un cas, on sait qu’un sol de ce type a été en culture continue depuis plus de quarante ans sans apport externe d’engraisb 2.

Localisation - On trouve ce sol principalement en Amazonie, où Sombroek et al.9 estiment que ces terres occupent une surface d’au moins 0,1 à 0,3 % de la basse Amazonie ‘enforestée’, soit 6 300 à 18 900 km2 (cité par Denevan et Woods10) mais d’autres estiment cette surface à 1,0 % ou plus (jusqu’à deux fois la surface de la Grande-Bretagne)11. Leur distribution s’étend principalement le long des voies d’eau, de l’Amazonie de l’Est au bassin central de l’Amazonie12.

On connaît également des sites de terra preta dans d’autres régions d’Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Pérou, Guyane)13, en Afrique de l’Ouest (Bénin, Liberia), et dans les savanes d’Afrique du Sud3. La terra preta existe en petites surfaces avoisinant 20 ha mais on a aussi signalé l’existence de surfaces de 350 ha10. On les trouve dans des situations climatiques, géologiques et topographiques variées10.

Terra mulata - La terra mulata est plus claire que la terra preta, contient beaucoup de charbon de bois mais moins de restes de poterie et d’os. La terra mulata se situe généralement en auréole autour de la terra preta, et occupe des surfaces beaucoup plus importantes. L’hypothèse généralement retenue pour expliquer son origine, est que la terra mulata correspond aux zones défrichées et cultivées situées autour des villages (la terra preta correspondant à l’emplacement du village). La terra mulata aurait été constituée par des techniques de brûlis contrôlés afin de favoriser la production de biochar et donc d’augmenter la fertilité du sol, dans le contexte de l’agriculture sur abattis-brûlis14.

Histoire de sa redécouverte - XVIe  XXe siècles - La redécouverte de la terra preta passe par celle des ouvrages en terre de la région et de la civilisation qui les a élaborés. En effet, le débat a, jusqu’à ces récentes années, tourné autour de la question de subsistance : les sols d’Amazonie, généralement pauvres et lessivés, ont-ils ou non pu subvenir aux besoins alimentaires de populations denses ?……….

Lire la suite à la source suivante : https://fr.wikipedia.org/wiki/Terra_preta

Retour au début du document traduit



Collecte du document, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 09/01/2023

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier :

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, un site sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, sans mouchard, sans cookie tracker, sans fichage, un site entièrement géré sous Linux et avec l’électricité d’Énercoop , géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -