Accueil > Pour en savoir plus > OGM > Détection des OGM > "Le programme FELIX pour détecter l’ADN génétiquement modifié change-t-il la (...)

"Le programme FELIX pour détecter l’ADN génétiquement modifié change-t-il la donne pour les aliments issus de produits génétiquement modifiés ?" par Claire Robinson

Traduction & Compléments de Jacques Hallard

jeudi 5 janvier 2023, par Robinson Claire


ISIAS OGM Détection

Le programme FELIX pour détecter l’ADN génétiquement modifié change-t-il la donne pour les aliments issus de produits génétiquement modifiés ?

Traduction du 05 janvier 2022 avec Compléments en Annexes par Jacques Hallard d’un rapport de par Claire Robinson publié le 21 décembre 2022 et diffusé par ‘gmwatch.org’ sous le titre « Is the FELIX programme to detect genetically engineered DNA a game-changer for gene-edited foods ? » - Référence : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20145-are-new-technologies-to-detect-genetically-engineered-dna-a-game-changer-for-gene-edited-foods

Illustration - Image de fond de l’ADN

DNA background image

Le programme de recherche FELIX est un pas important dans la bonne direction, mais des travaux supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir détecter des OGM inconnus dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux.

En octobre 2022, un consortium américain de chercheurs de l’industrie et de la communauté du renseignement du gouvernement américain, a annoncé avoir mis au point de nouvelles technologies capables de détecter lorsqu’un organisme a été génétiquement modifié.

Les chercheurs se concentrent principalement sur la détection de “biothreat” [Bioterrorisme ou menace biologique > voir Compléments en Annexes] de virus et de bactéries génétiquement modifiés qui pourraient provoquer de nouvelles pandémies. Mais les nouvelles technologies pourraient signaler l’utilisation du génie génétique dans un large éventail d’organismes, y compris de nouvelles plantes et animaux génétiquement modifiés dans l’alimentation humaine et animale. Avec le temps et des travaux ultérieurs, les technologies pourraient identifier les OGM inconnus, non autorisés et “cachés”, ainsi que les OGM connus et autorisés relativement facilement identifiables.

Le développement a suscité une vague d’enthousiasme à un moment où les gouvernements et les organismes de réglementation du monde entier s’efforcent d’exempter les “nouvelles plantes génétiquement modifiées” de la surveillance réglementaire, en partie sur la base de l’affirmation selon laquelle elles ne peuvent pas être distinguées dans les tests de laboratoire des plantes produites par sélection conventionnelle et sélection aléatoire par mutagénèse. Si FELIX développe son travail avec la collaboration de l’industrie des OGM et des régulateurs, les jours où cette allégation peut raisonnablement être maintenue pourraient être comptés.

Le programme FELIX

FELIX signifie ‘Finding Engineering-Linked Indicators’ ou Trouver des indicateurs liés à l’ingénierie.

Le programme de recherche est géré par l’Intelligence Advanced Research Projects Activity (IARPA), la branche de recherche et développement de la communauté du renseignement américaine. Pour développer le programme, l’IARPA s’est associée à la société de biotechnologie ‘Ginkgo Bioworks’ [voir > Compléments en Annexes] et à l’organisation à but non lucratif d’ingénierie ‘Draper’. Ginkgo a développé de nouveaux outils de calcul et Draper a développé une nouvelle plate-forme expérimentale pour aider à détecter et à identifier les échantillons contenant des organismes génétiquement modifiés.

Lors de leur conférence de presse du 17 octobre 2022, disponible sur YouTube, les chercheurs de FELIX ont souligné que tous les OGM portaient des cicatrices et des signatures de processus de génie génétique qui pourraient permettre la détection et l’identification. Mais cela ne signifie pas que tous les OGM peuvent être détectés dès maintenant, pour des raisons expliquées dans cet article.

Dans l’évaluation de GMWatch, les chercheurs ont effectué un travail important qui contribuera à permettre la détection et l’identification de tous les OGM, y compris les OGM inconnus et les nouveaux modifiés par des gènes. Ce travail complète également celui d’autres scientifiques qui travaillent dans le même but. Cependant, notre analyse-compilée avec l’aide de scientifiques travaillant sur le terrain – suggère qu’une grande volonté politique, des investissements ciblés et un travail collaboratif de la part des laboratoires de détection, des régulateurs et des développeurs d’OGM seront nécessaires avant que ces technologies et des technologies similaires puissent être utilisées par les laboratoires publics d’application des OGM pour la détection et l’identification de nouveaux OGM inconnus et non autorisés dans l’alimentation humaine et animale.

OGM connus et inconnus

Le domaine de la détection et de l’identification des OGM est divisé en deux domaines principaux :

1. Détection des OGM inconnus et non déclarés, qui dans l’UE est effectuée par les laboratoires publics de détection des OGM, ENGL.

2. La détection systématique et bon marché des OGM connus et autorisés (potentiellement y compris ceux résultant de l’édition du génome), qui est effectuée par des laboratoires privés et d’application de la loi. De tels processus de détection peuvent utiliser une seule cicatrice ou signature sur le total qui a été identifié.

Le premier domaine – les OGM inconnus – est le principal objectif de FELIX. Mais les séquences génétiques que le programme rassemble dans sa base de données pourraient, en principe, être utilisées pour détecter à la fois des OGM inconnus et connus.

Comment ça marche

La méthode FELIX est similaire aux méthodes de dépistage existantes pour les OGM transgéniques de style ancien, où les scientifiques recherchent certaines séquences génétiques connues pour être une caractéristique de ces organismes génétiquement modifiés.

Le système FELIX implique :

* la création d’une base de données de séquences d’ADN connues pour avoir résulté de manipulations génétiques, ainsi que d’une base de données d’organismes non OGM et naturels

* de comparer les séquences génétiques OGM avec les séquences de variétés “de référence” naturelles et non OGM connues, afin d’isoler les ’empreintes digitales’ génétiques, les “cicatrices” ou les “signatures” des modifications génétiques ; et

* l’analyse des échantillons afin d’identifier tout OGM potentiel et d’attribuer une origine.

Il ressort clairement de la conférence de presse et du communiqué de presse qui l’accompagne, que la priorité des chercheurs est de détecter les virus et bactéries dangereux qui pourraient provoquer de nouvelles pandémies (“détection des menaces biologiques”). Mais comme ils le soulignent, les technologies fonctionnent sur tout type d’organisme, y compris les levures, les champignons, les plantes et les animaux. Le communiqué de presse de Ginkgo confirme que les applications potentielles incluent “la surveillance environnementale et l’inspection des aliments’.

Donc, en principe, ils pourraient être utilisés pour la détection du génie génétique dans les plantes cultivées et les aliments génétiquement modifiés non déclarés. Actuellement, les partisans de la déréglementation affirment que ceux-ci ne peuvent pas être identifiés comme des OGM, car les changements prévus apportés par l’édition de gènes ou édition génomique ne se distinguent pas de ceux qui peuvent se produire naturellement.

Cependant, davantage de travail est nécessaire avant que les technologies FELIX puissent être utilisées à cette fin.

Précision : un travail en cours

Les chercheurs rapportent que leurs tests ont correctement détecté environ 70% de 100 échantillons génétiquement modifiés, avec pas plus d’un faux positif dans chaque lot testé.

Bien qu’impressionnant, un taux de réussite de 70% n’est pas suffisant en soi pour fournir une preuve définitive ou même hautement probable de la présence d’un OGM, par exemple, dans une affaire judiciaire de contamination. Mais avec le temps, à mesure que la base de données FELIX se développera et que le logiciel s’améliorera, le taux de réussite s’améliorera aussi.

Même en l’état actuel de développement, le Dr Yves Bertheau, directeur de recherche honoraire de l’INRA au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, France, expert en détection et identification des OGM, estime que si ces analyses étaient ajoutées à d’autres informations, telles que celles recueillies par les laboratoires d’application des OGM, l’ensemble des preuves pourrait constituer une telle preuve.

OGM inconnus : toujours un problème

Les développeurs de la technologie visent à identifier les OGM connus et inconnus. Mais le généticien moléculaire basé à Londres, le Dr Michael Antoniou, a expliqué que pour que l’un ou l’autre type d’OGM soit détecté, il devrait contenir une ou plusieurs séquences déjà présentes dans la base de données de référence et identifiées comme une cicatrice d’une modification génétique ou épigénétique. Si une séquence liée à une modification génétique ne figure pas dans la base de données de référence, les tests FELIX la manqueront et ne parviendront pas à détecter l’OGM.

Les chercheurs de FELIX ont déclaré lors de la conférence de presse que leur base de données contenait 8.000 séquences génétiquement modifiées connues. Mais ils ont admis qu’en ce qui concerne les génomes des plantes, la base de données n’est pas encore suffisamment complète pour englober le large éventail de variations pour les plantes naturelles non génétiquement modifiées.

Ce n’est pas seulement un problème de la base de données FELIX : c’est commun à toutes les bases de données de séquences. Les tentatives de collecte de séquences d’OGM sont entravées par l’incapacité des sociétés de développement d’OGM à fournir un accès à du matériel de référence de bonne qualité (dans le cas des plantes OGM, il s’agit normalement de graines broyées ou d’ADN) aux laboratoires de détection de l’UE.

Les chercheurs de FELIX ont reconnu que l’incomplétude de leur base de données rendrait leur système moins capable de détecter l’utilisation de l’édition de gènes dans les OGM avec un “petit” changement prévu du type que les développeurs prétendent pourrait se produire naturellement, comme un changement à une seule paire de bases d’ADN.

Le problème de la détection de ces petits changements prévus pourrait être résolu, ont déclaré les chercheurs, en élargissant leur base de données de référence pour inclure davantage de séquences génétiquement modifiées.

Le Dr Bertheau a fait remarquer que la base de données FELIX pourrait bénéficier de la littérature scientifique et des enquêtes sur les brevets menées par ENGL sur les changements de séquence prévus des caractères génétiquement modifiés pour lesquels des informations sont disponibles. Il a ajouté : “Il existe de nombreux pipelines logiciels pour améliorer la détection des modifications des paires de bases d’ADN uniques.”

Le Dr Bertheau a également déclaré que bon nombre des cicatrices laissées par les techniques GM, y compris les “nouvelles” techniques comme l’édition de gènes, sont déjà connues et peuvent former des marqueurs utiles pour la détection d’OGM inconnus. Il a publié un chapitre de livre donnant des références à des articles détaillant de tels marqueurs.

Les modifications génétiques à grande échelle sont plus facilement identifiées comme OGM

Le Dr Antoniou a déclaré que certains changements à plus grande échelle, provoqués par l’édition de gènes, peuvent évidemment être attribués à la technologie d’édition de gènes, tels que les applications d’insertion de gènes (SDN-3) de l’édition de gènes. Mais il a ajouté que même certaines applications de l’édition de gènes SDN-1 (perturbation génique), où aucun gène étranger n’est intentionnellement inséré, pourraient porter une signature évidente de modification génétique.

Par exemple, dans un blé SDN-1 à faible teneur en gluten modifié par gène GM, plusieurs dizaines de gènes et de copies de gènes dans le génome du blé ont été modifiés. Cela équivaut à des changements massifs qui ne se produiraient pas naturellement et pourraient être facilement repérés à l’aide de méthodes analytiques facilement disponibles.

[SDNVoirnucleases dirigees (sdn) - FICHE NOUVELLES TECHNIQUES http://www.hautconseildesbiotechnologies.fr › files- PDF 18 pages- 4 oct. 2017 — pour trois types de modification génétique appelés SDN1, ... blé hexaploïde, par exemple) (Wang et al., 2014), de cibler des familles de ...].

En outre, le Dr Antoniou a déclaré : ’ Chaque plant de blé modifié par gène portera un schéma différent d’insertions ou de délétions involontaires (indels) d’ADN. De plus, une plante de blé a six copies de chaque gène et vous n’obtiendrez pas les mêmes insertions et suppressions avec chaque gène – encore une fois, elles seront différentes. De tels modèles d’indels sont extrêmement peu susceptibles de se produire dans la nature et constitueront un signe évident de modification génétique.”

Il est essentiel de prendre en considération les changements involontaires et intentionnels afin d’obtenir une signature complète et unique de chaque OGM.

L’accès aux OGM est un problème

Le principal défi de l’application de technologies de détection telles que FELIX aux plantes génétiquement modifiées et aux animaux d’élevage, ne peut être surmonté que si l’industrie des OGM subit une révolution de la transparence ou, plus probablement, si les réglementations imposent la transparence. Ce défi est l’accès aux matériaux de référence nécessaires – des échantillons de l’OGM et un homologue sans OGM. Dans le cas des plantes, celles-ci se présentent normalement sous forme de graines broyées ou d’ADN, comme mentionné précédemment.

Grâce à un arrêt de la Cour de justice européenne de 2018, dans l’UE, les nouveaux OGM modifiés par gène sont officiellement des OGM et sont soumis aux exigences du règlement sur les OGM. 

Cela signifie qu’aux fins de la traçabilité, le développeur d’OGM doit fournir au Laboratoire de Référence de l’UE pour les Denrées alimentaires et les aliments pour animaux Génétiquement Modifiés (EURL-GMFF), l’accès aux matériaux de référence pertinents, ainsi qu’aux informations sur le changement génétique apporté à l’OGM. Le développeur doit également fournir une méthode de détection qui est ensuite évaluée et validée par l’EURL-GMFF.

L’ironie est que les autorités de l’UE n’ont qu’à laisser perdurer cette situation actuelle pour s’assurer que tous les OGM déclarés, nouveaux et anciens, peuvent être détectés, sans des années d’efforts coûteux de la part des chercheurs de l’UE, des laboratoires d’application de la loi ou de quiconque. Mais de manière perverse, la Commission européenne tente de déréglementer (supprimer les contrôles réglementaires des nouveaux OGM – ce qui pourrait supprimer l’obligation de fournir le matériel de référence et la méthode de détection à l’EURL-GMFF.

L’importance pour le développeur d’OGM de fournir le matériel de référence, les informations sur les séquences et la méthode de détection, est confirmée dans un rapport de la DG SANTÉ de la Commission européenne, qui note les réponses à un questionnaire envoyé aux laboratoires qui développent et valident des méthodes de détection des OGM. La plupart des laboratoires ont déclaré que le plus grand défi dans la détection des organismes fabriqués avec de nouvelles techniques GM (que le rapport appelle nouvelles techniques génomiques ou NGT [ > voir Compléments en Annexes] sera “le manque de matériel de référence et de méthodes spécifiques à certains événements [spécifiques à certaines transformations GM], ainsi que le manque d’informations sur les séquences et de méthodes de détection validées.”

Si la Commission suit sa trajectoire actuelle en déréglementant les nouveaux OGM, nous pourrions tous être laissés dans l’ignorance de leur présence dans la chaîne alimentaire et fourragère.

Origine des petits changements en question

Un autre obstacle identifié par les laboratoires de détection est “qu’il n’existe actuellement aucune approche analytique permettant de distinguer avec une certitude absolue si une seule variation nucléotidique (SNV)” – un petit changement dans le génome – “est le résultat de l’utilisation de NGT, mutation naturelle ou sélection végétale conventionnelle.” - Les laboratoires ont déclaré que « cela réduirait la force judiciaire en ce qui concerne la détection des produits NGT, si une affaire était portée devant les tribunaux ».

C’est là que l’expertise de FELIX pourrait aider, compte tenu des travaux ultérieurs.

Le rapport de la Commission note qu’en Allemagne, plusieurs projets travaillent au développement de méthodes de détection et d’identification de nouveaux produits génétiquement modifiés, ainsi que de bases de données pour partager des informations sur ces produits.

Les entreprises devraient faire la lumière sur les changements involontaires

Dans un système véritablement scientifique, les développeurs d’OGM devraient fournir des détails sur les changements involontaires (les signatures mutationnelles) dans leurs produits modifiés par gène, aux autorités de réglementation et d’application de la loi à des fins de détection, d’identification et d’évaluation des risques, ainsi que pour prouver que leur OGM est fabriqué par l’homme et donc brevetable. Mais la loi actuelle n’exige pas que ces informations soient fournies à EURL-GMFF à des fins de détection et d’identification.

À des fins d’évaluation des risques, les demandeurs d’autorisation d’OGM sont censés informer l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) des modifications involontaires. Cependant, les développeurs d’OGM utilisent des méthodes de dépistage inadéquates pour les rechercher. Ils ne sont pas tenus d’utiliser des méthodes approfondies telles que le séquençage du génome entier à longue lecture, ce qui pourrait de les repérer.

Par conséquent, dans l’état actuel des choses, ils manqueront de nombreux changements involontaires, qui ne seront pas évalués pour leur capacité à nuire à la santé ou à l’environnement.

L’inaction de la Commission nuit à l’agriculture et aux producteurs de l’UE

La Commission européenne a justifié ses efforts en faveur de la déréglementation des aliments et cultures génétiquement modifiés par des gènes, en faisant valoir qu’ils ne peuvent pas être identifiés comme des OGM, par opposition aux produits naturels. Les critiques répondent que c’est parce que la Commission a toujours refusé de financer ENGL pour développer des méthodes de détection et d’identification de nouveaux OGM. Grâce à l’inaction et à la prophétie auto-réalisatrice de la Commission, l’UE a été laissée loin derrière dans ce domaine de l’innovation.

Il est évident que les développeurs d’OGM sont en mesure d’identifier leurs variétés brevetées et de les distinguer des variétés naturelles, sinon ils ne seraient pas en mesure de faire respecter leurs brevets. En effet, lors de la conférence de presse de FELIX, les chercheurs ont prédit que les développeurs d’OGM seraient intéressés à utiliser les nouvelles technologies pour protéger leurs brevets et détecter le “vol” de leur propriété intellectuelle.

Le Dr Bertheau a déclaré que les travaux de FELIX ’ contredisent les affirmations du CCR (Centre commun de recherche, service de la science et de la connaissance de la Commission), de la Commission et de certains scientifiques, selon lesquelles il est impossible de détecter et d’identifier les produits modifiés par le génome”.

Le Dr Bertheau estime que l’incapacité de la Commission à agir sur les méthodes de détection constitue un “manque de prévoyance”, entraînant la situation indésirable dans laquelle “les producteurs et les agriculteurs européens de semences seront soumis aux réclamations et aux décisions des entreprises étrangères”. Il a déclaré que les résultats PRÉLIMINAIRES, à condition qu’ils puissent d’abord être confirmés sur des produits réels de nouvelles techniques d’OGM, montrent que les pays non membres de l’UE “ne se donnent pas seulement les moyens de détecter des OGM potentiellement dangereux inconnus, mais qu’ils donnent également aux entreprises produisant des variétés brevetées les moyens de défendre leurs brevets. Les producteurs et agriculteurs européens de semences pourraient être poursuivis pour contrefaçon de brevet, par exemple, à la suite d’une contamination par des semences OGM brevetées.”

Cela, a-t-il déclaré, “réduit encore les avantages compétitifs des produits européens sans OGM, qui sont importants pour nos exportations de semences et de produits alimentaires. C’est pourquoi l’application de la réglementation européenne sur les OGM aux produits NBT [nouvelles techniques de sélection, euphémisme pour les nouvelles techniques OGM] est fondamentale, car elle permettra la détection et la traçabilité des produits NBT en obligeant les entreprises à fournir du matériel de référence et des techniques d’identification qu’elles ne peuvent plus nier pouvoir développer.”

Si la Commission réussit dans ses tentatives de déréglementation des technologies d’édition de gènes, cela pourrait priver les consommateurs et les agriculteurs de la connaissance du statut génétiquement modifié d’une culture ou d’un animal d’élevage.

D’un autre côté, si l’UE les maintient réglementés en vertu des lois actuelles, tous les OGM modifiés par gène qui arrivent sur le marché seront détectables et identifiables. Ce sera un cauchemar pour les développeurs des produits, car cela permet aux agriculteurs et aux acheteurs de les éviter. En poursuivant la déréglementation, la Commission se prosterne devant l’industrie, mais se fait une baguette pour le dos de l’UE et accroît la méfiance du public à l’égard du système alimentaire et agricole. Cela augmentera également la méfiance à l’égard de l’industrie des semences et de l’élevage OGM et de ses produits.

L’ensemble des OGM

Le Dr Bertheau souligne que la détection et l’identification efficaces de nouveaux OGM modifiés par gène doivent impliquer l’analyse de l’ensemble de la séquence d’ADN-non seulement l’édition prévue, mais aussi les dommages involontaires à l’ADN, ou “cicatrices” caractéristiques, que le processus d’édition génique crée.

Prises ensemble, les modifications intentionnelles et involontaires constituent la “signature ’ unique de la plante génétiquement modifiée qui permet l’identification. Pour les OGM connus, seule une partie de la somme totale des cicatrices et des signatures peut être utilisée pour le dépistage et l’identification.

Les affirmations selon lesquelles de nouveaux OGM modifiés par gène ne peuvent pas être détectés, car les OGM sont basés sur une détermination perverse et scientifiquement injustifiable de limiter l’analyse à la seule modification prévue. Dans certains cas, cette modification intentionnelle pourrait être confondue avec quelque chose qui s’est produit naturellement.

Le Dr Bertheau dit qu’une fois que l’ensemble du spectre des changements intentionnels et non intentionnels a été analysé, alors, si les résultats analytiques doivent être validés, d’autres preuves non basées sur le laboratoire, peuvent être ajoutées dans une approche dite matricielle.

De cette façon, la détection de l’édition de gènes dans une plante – et l’identification de la plante GM particulière-est réalisable, pour les OGM inconnus et non autorisés. Il souligne également des preuves qu’une telle analyse pourrait conduire à l’identification du laboratoire qui a développé la plante et des techniques GM particulières utilisées pour fabriquer la plante.

Donc, si les chercheurs de FELIX continuent de développer leur base de données de référence sur les cicatrices et les signatures, et ajoutent des méthodes d’analyse pour les changements délibérément introduits pour obtenir les traits prévus, ils pourraient réussir à détecter les plantes génétiquement modifiées connues et inconnues - et les distinguer des plantes naturelles et les plantes non génétiquement modifiées.

Les OGM ’modèles’ testés peuvent ne pas représenter ceux du monde réel

Une limitation importante du système FELIX, comme l’a souligné le Dr Bertheau, est que les tests FELIX n’utilisaient jusqu’à présent que des OGM ’modèles’ créés par les partenaires de recherche. Ceux-ci ne sont pas nécessairement représentatifs des variétés commerciales d’OGM sur le marché et en cours de commercialisation.

Le Dr Bertheau a déclaré qu’il s’agissait d’une occasion manquée, car “Gingko Bioworks’ travaille depuis 2017 avec Bayer et a créé une joint-venture avec Bayer le 18 octobre 2022, au lendemain de la conférence de presse, de sorte que le projet a eu l’opportunité d’une véritable preuve de concept”.

Le Dr Bertheau a ajouté : “Il aurait été intéressant et utile que les entrepreneurs FELIX aient été plus proches des concurrents du défi GEA” (Genetic Engineering Attribution challenge, un concours de science des données pour identifier la source originale de l’ADN modifié).

Il a expliqué “ ’ Cela aurait augmenté la taille de l’échantillon (le nombre d’organismes testés dans la base de données de référence), qui est encore petit, comme l’a regretté un représentant de l’IARPA, et aurait probablement fourni une rétroaction utile.”

Du côté positif, les technologies FELIX peuvent détecter les OGM même dans des échantillons mixtes complexes contenant de l’ADN de nombreux organismes, des échantillons hautement dilués et des échantillons très petits et “précieux”.

Accès public incertain

Lors de la conférence de presse, les chercheurs de FELIX ont déclaré qu’ils étaient impatients de voir les technologies utilisées par les organismes des secteurs privé et public, ces derniers incluant des ONG engagées dans la surveillance biologique.

Cependant, aucune publication scientifique décrivant les technologies en détail n’a été annoncée. Cela suggère que l’accès, par exemple, aux laboratoires publics de détection des OGM pour effectuer des analyses peu coûteuses, reste incertain.

Aucun ADN étranger ne doit être présent

Aucun ADN étranger n’a besoin d’être intentionnellement présent dans les échantillons pour détecter la présence d’OGM, car le système FELIX fonctionne en analysant la séquence de l’ADN et en la comparant à une base de données de l’ADN d’organismes naturels.

Cependant, les Drs Antoniou et Bertheau ont convenu que l’idée même qu’un OGM ne peut posséder “aucun ADN étranger – - une idée qui sous–tend les décisions de certains gouvernements de déréglementer de tels OGM - se situe quelque part entre hautement improbable et impossible.

Les plantes et les animaux génétiquement modifiés peuvent contenir et contiennent des gènes étrangers et des fragments d’ADN dans leur génome, soit intentionnellement, soit par inadvertance, en raison des limites et de l’imprécision inhérente au processus d’édition de gènes.

C’est d’autant plus le cas que jusqu’à présent, la grande majorité des organismes modifiés par gène ont été fabriqués en utilisant les anciennes techniques utilisées pour les OGM transgéniques, et l’insertion d’agrobactéries est toujours le système de délivrance le plus efficace pour l’outil d’édition de gènes. Il peut laisser des traces d’ADN étranger provenant des plasmides (morceaux circulaires d’ADN qui codent pour l’outil d’édition de gènes CRISPR/Cas), ainsi que du génome d’Agrobacterium.

Le matériel génétique étranger dans tous les OGM, y compris ceux édités par des gènes, est déjà détectable à l’aide de méthodes de séquençage du génome entier à lecture courte et ultra-profonde, à lecture courte et à lecture longue, qui sont largement disponibles.

Alors, que peut apporter le programme FELIX ?

Il pourrait étudier à quel point un problème de contamination de l’ADN étranger est courant et identifier les cicatrices et les signatures uniques de tout processus GM donné, y compris les processus d’édition de gènes. Cela pourrait également améliorer les bases de données de référence et la précision du processus de séquençage.

Le Dr Bertheau dit que cela pourrait également identifier les signatures des laboratoires de certaines entreprises, tout comme le fond génétique et les marqueurs des variétés d’élite (séquences spécifiques souvent utilisées pour le génie génétique) identifient actuellement les sociétés de sélection végétale qui ont produit certaines plantes génétiquement modifiées.

Conclusion et recommandations

De l’avis de GMWatch, l’IARPA, Ginkgo Bioworks et Draper ont mis au point une suite prometteuse de technologies pour identifier les changements génétiques causés par l’Homme. Dans le cas des OGM modifiés par gène connus (autorisés), lorsque l’analyse des cicatrices et des signatures d’un OGM donné est associée à la détection des modifications conférant le caractère recherché, FELIX pourrait facilement identifier à la fois l’utilisation du génie génétique et l’OGM spécifique, en utilisant des procédés peu coûteux.

FELIX fournit également les outils nécessaires pour mener à bien d’autres travaux visant à détecter l’utilisation du génie génétique dans de nouveaux OGM inconnus et non déclarés, y compris ceux modifiés par gène avec de petits changements prévus.

Cependant, ces techniques ne seront prêtes et disponibles qu’avec la volonté politique, les investissements ciblés et la coopération des développeurs d’OGM. Les laboratoires d’application de la loi pourraient fournir des connaissances sur les séquences génétiques, mais sont entravés par leur manque d’accès au matériel de référence (semences et ADN) et par l’absence de financement.

Pour chaque produit OGM, les développeurs d’OGM doivent fournir un matériel de référence de bonne qualité, ainsi que des informations sur les processus GM utilisés pour développer chaque produit. Et la Commission européenne devrait fournir un financement à ENGL pour qu’il collabore avec les chercheurs de FELIX dans le développement de méthodes de détection pour tous les nouveaux OGM. Une telle coopération conduirait à l’expansion des bases de données de référence pour les variétés OGM et naturelles et à l’évolution rapide des méthodes de détection qui en résulterait.

Informations complémentaires

Lisez les commentaires détaillés en anglais du Dr Yves Bertheau sur le programme FELIX ici >here.

Les chercheurs de FELIX ont effectué une analyse du virus SRAS-CoV-2 pour rechercher des preuves de génie génétique et ont conclu qu’il n’y en avait pas. Cela jette-t-il un doute sur la rigueur et l’intégrité de leur programme ? Lisez notre article en anglais > Read our article..

GMWatch Home - Contact Us - About - Facebook - Twitter - Donations - Content 1999 - 2023 GMWatch. Web Development By SCS Web Design

Source de l’article traduit : https://www.gmwatch.org/en/106-news/latest-news/20145-are-new-technologies-to-detect-genetically-engineered-dna-a-game-changer-for-gene-edited-foods

GMWatch Home

Retour au début du document traduit


Compléments en Annexes


Contenu :

Bioterrorismed’après Wikipédia

Détection des OGM  : accès à quelques sites dédiés

Ginkgo Bioworks – Traduction de Wikipedia, l’encyclopédie libre

Indelselon Wikipédia

NBT= ‘New Breeding Techniques’, en français « nouvelles techniques de sélection » - ou encore des “NGT” (new genomic techniques, en français “nouvelles techniques génomiques”).


Bioterrorisme d’après Wikipédia

Le bioterrorisme ou terrorisme biologique consiste en l’utilisation ou la menace d’utilisation de virus, de bactéries, de champignons, de toxines ou de micro-organismes dans le but de provoquer intentionnellement une maladie ou le décès d’êtres humains, d’animaux ou de plantes, sans déclaration de guerre officielle ni même nécessité que l’agresseur soit un État (cela pourrait être par exemple un groupement comme le crime organisé). Il se distingue en cela de la simple guerre biologique, et pas seulement par l’ampleur de la cible.

Le terme est difficilement définissable d’une manière objective, tant il existe de définitions du mot terrorisme. Par exemple, la distribution de couvertures infectées par le choléra et la variole en 1763 à des tribus aborigènes en Amérique du Nord par des militaires britanniques pourrait être considéré comme une attaque bioterroriste génocidaire délibérée. Ainsi, il est peut-être plus prudent de parler d’incidents que d’attaques et de n’utiliser le terme que pour des événements contemporains plutôt qu’historiques.

Les agents biologiques sont habituellement disséminés par aérosol (inhalés ou avalés). La difficulté principale dans la préparation d’une attaque est généralement de trouver une méthode de dissémination de l’agent qui permettra une infection la plus large possible.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0a/Daschle_letter.jpg/250px-Daschle_letter.jpg

(Cliquer pour agrandir) - Enveloppe contaminée au bacille du charbon (États-Unis - 2001)

Historique du bioterrorisme

Définition

Le bioterrorisme est la diffusion de germes capables de déclencher des maladies mortelles. Différents types de germes peuvent être utilisés en tant qu’arme biologique : les bactéries, les virus, les champignons, les protozoaires et les toxines. Certaines souches sont relativement accessibles, tels bacille du charbon, anthrax, toxine botulique, aflatoxine, alors que d’autres sont plus rares, tels le virus de la variole éradiqué depuis 1979 mais conservé dans deux laboratoires (Atlanta et Novossibirsk), ou nécessitent un certain niveau de connaissance et d’expertise dans leur manipulation et leur préparation.

Avec les progrès réalisés en génétique et en biologie moléculaire, des bactéries inoffensives peuvent être rendues pathogènes par insertion de gènes de toxicité empruntés au génome de bactéries dangereuses. Il est également possible de rendre encore plus virulentes des bactéries qui étaient déjà dangereuses ou de les modifier afin qu’elles ne soient pas reconnues par le système immunitaire ou qu’elles soient résistantes à tous les antibiotiques.

On peut distinguer deux voies d’attaque du bioterrorisme :

  • Attaque directe sur la population. Outre les conséquences physiques, l’effet psychologique est très fort, la terreur et la panique s’installent, ce qui aboutit à la paralysie complète ou partielle du pays concerné et donc à des conséquences néfastes pour l’économie.
  • Attaque de l’élevage et/ou de l’agriculture d’un pays. L’économie du secteur concerné est directement touchée. La conséquence est un affaiblissement plus ou moins important de l’économie en fonction des dommages subis. De plus, si la population apprend l’origine bioterroriste de la chute d’un secteur alimentaire, l’effet de panique est décuplé et le pays également paralysé.
    Dans les deux cas le but est de paralyser un pays et par conséquent de ruiner son économie.

Cependant, malgré l’efficacité potentielle impressionnante de certains germes, il y a un très grand nombre de variables à prendre en compte dans la réussite d’un attentat bioterroriste, telles la taille des spores (pour une bactérie) ou la qualité de l’aérosol utilisé, mais certaines sont incontrôlables, c’est le cas du taux d’humidité dans l’air ainsi que du sens et de la vitesse des vents. Si bien que l’efficacité d’un tel attentat, concernant le nombre de victimes, reste encore imprévisible. D’autant plus que l’utilisation de virus est rendue délicate non seulement à cause du danger et de la difficulté que représentent leur manipulation mais aussi du fait de leur relative fragilité dans le milieu extérieur, car contrairement à certaines bactéries, les virus n’ont pas de spores permettant de résister à un environnement hostile.

Seuls des bioterroristes appuyés par un laboratoire d’État très équipé pourraient réussir à obtenir une arme biologique réellement efficace, mais ceci s’apparente plus à du bioterrorisme d’État qu’à du bioterrorisme indépendant. C’est pourquoi le bioterrorisme joue essentiellement sur l’effet de panique, sans compter qu’il s’agit d’une menace invisible.

Alors le spectre de l’attaque bioterroriste peut être brandi pour forcer l’adhésion des populations à des mesures de contrôle et engager des mesures répressives qui ne respectent plus les droits de la personne. La vigilance des scientifiques est importante pour que le public puisse avoir une information exacte quant à l’efficacité réelle des biotechnologies.

Apparition de l’arme biologique …

Article complet à lire sur ce site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bioterrorisme

Retour au contenu des Compléments en annexes


Détection des OGM : accès à quelques sites dédiés

Détection des OGM : le réseau de contrôle de l’UE s’étend aux ...https://europa.eu › rapid › press-release_IP-04-560_fr -29 avr. 2004 — Le réseau ENGL, qui comptait jusqu’ici 47 laboratoires de contrôle dans les États membres en comptera désormais 71, dont 24 dans les pays ...

Liste des laboratoires d’analyses en France - Inf’OGMhttps://www.infogm.org › ogm-liste-des-laboratoires-d-... -25 févr. 2014 — Laboratoires privés Adgène 19 rue des Conquérants - 14 220 ... Laboratoires publics de contrôle pouvant fournir des informations générales.

Les nouveaux OGM : détectables, identifiables, traçableshttps://www.infogm.org › 6211-nouveaux-ogm-detecta... -21 juin 2017 — Les nouveaux OGM : détectables, identifiables, traçables. Filio -. Ce colza est-il un nouvel OGM ? La traçabilité vise à suivre des produits ...

Nouveaux OGM : leur traçabilité confirmée – Inf’OGMhttps://www.infogm.org › 7243-nouveaux-ogm-leur-tra... -12 août 2021

Laboratoire d’expertise pour l’analyse des OGMhttps://www.sciensano.be › projets › laboratoire-dexpert... -14 déc. 2022 — Le laboratoire des OGM de Sciensano développe et valide des méthodes de détection de plantes et de micro-organismes génétiquement modifiés ...

Contrôle des OGMhttps://www.sgsgroup.fr › commodities › gmo-testing -Les échantillons sont testés lors de PCR en temps réel qui déterminent les niveaux d’ADN spécifiques sur une période de 40 cycles. Laboratoires agréés et ...

Nouveaux OGM : le silence du gouvernement est complicehttps://www.greenpeace.fr › nouveaux-ogm-mobilisation -22 déc. 2022 — NOUVEAUX OGM : POUR COMBIEN DE TEMPS ENCORE AUREZ-VOUS LE DROIT DE CHOISIR VOTRE ALIMENTATION ? Grâce à une campagne de longue haleine menée ... - Termes manquants : détectables, ‎identifiables, ‎traçables

La situation des OGM en France - Ministère de l’agriculturehttps://agriculture.gouv.fr › la-situation-des-ogm-en-fra... -Les autorités françaises ont désigné par arrêté trois laboratoires nationaux de référence pour la détection des OGM : le BioGEVES, le Laboratoire de Santé ... - Termes manquants : ENGL ‎| Doit inclure : ENGL – 03 janvier 2023

Retour au contenu des Compléments en annexes


Ginkgo Bioworks (société) – Traduction de Wikipedia, l’encyclopédie libre

Ginkgo Bioworks Holdings, Inc. Logo Ginkgo Bioworks.svg - Type Société publique - Négociée sous le nom de ‘NYSE : DNA - Composante du Russell 1000 - Secteur Biotechnologie - Fondée en 2008 ; il y a 15 ans à Boston, Massachusetts, États-Unis. Fondateurs Tom Knight, Jason Kelly, Reshma Shetty, Barry Canton, Austin Che [1] - Siège social Boston, Massachusetts ÉTATS-UNIS - Personnes clés : Christina Agapakis - Augmentation du chiffre d’affaires 313,84 millions de dollars US (2021) [2] : 102  - Résultat d’exploitation : diminution de 1,83 milliard de dollars US (2021)[2] : F-4  - Bénéfice net : diminution de 1,83 milliard de dollars US (2021)[2] : F-4  - Actif total : augmentation de 2,07 milliards de dollars US (2021) [2] : F-3  - Total des capitaux propres : augmentation de 1,57 milliard de dollars US (2021)[2] : F-3  - Nombre d’employés : 641 (déc. 2021)[2] : 31  - Site web ginkgobioworks.com

Ginkgo Bioworks est une entreprise américaine de biotechnologie fondée en 2008 par cinq scientifiques du MIT [3], avec à leur tête Jason Kelly. L’entreprise est spécialisée dans l’utilisation du génie génétique pour produire des bactéries ayant des applications industrielles [4].[5][6][7] - Ginkgo Bioworks est une entreprise d’analyse qui conçoit des micro-organismes pour des clients de diverses industries. Elle s’autoproclame ’ Organism Company ’ et était l’une des plus grandes entreprises privées de biotechnologie au monde [8], évaluée à 4,2 milliards de dollars en 2019 [9]. Elle a levé 290 millions de dollars en septembre et 350 millions de dollars en octobre de la même année [8].

Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Ginkgo_Bioworks

Tous nos contenus ‘usinenouvelle.com’ sur ‘Ginkgo Bioworks’ > https://www.usinenouvelle.com/ginkgo-bioworks/

Retour au contenu des Compléments en annexes


Indel selon Wikipédia

Indel est un mot-valise utilisé en génétique et en bio-informatique pour désigner une insertion ou une délétion dans une séquence biologique (acide nucléique ou protéine) par rapport à une séquence de référence. On peut observer en particulier mettre en évidence des indels lorsqu’on effectue des comparaisons au moyen de programmes d’alignement de séquences.

Le terme indel a été introduit parce que la notion d’insertion ou de délétion est relative suivant le choix de la séquence utilisée comme référence : à une insertion dans une séquence correspond une délétion dans la séquence qui lui est comparée. Indel permet ainsi de désigner globalement la variation biologique, sans préjuger de quelle séquence constitue la référence. Le mot indel a été inventé par le mathématicien Joseph Kruskal1.

Les indels sont la conséquence de mutations génétiques donnant lieu à des variations de séquence, soit au sein de la même espèce (c’est un exemple de variation allélique), soit entre espèces, au cours de l’évolution. On estime par exemple que le génome humain contiendrait environ 500 000 sites polymorphiques correspondant à des indels2.

Exemple

L’exemple ci-dessous montre un indel de trois nucléotides dans la séquence du chromosome 7 humain. Il correspond à la mutation ΔF508 dans le gène CFTR, l’une des mutations les plus fréquentes induisant la mucoviscidose.

…ATCATCTTTGGTGTT…

…ATCAT---TGGTGTT…

Source de l’article avec Notes et références > https://fr.wikipedia.org/wiki/Indel

Retour au contenu des Compléments en annexes


NBT = ‘New Breeding Techniques’, en français « nouvelles techniques de sélection » - ou encore des “NGT” (new genomic techniques, en français “nouvelles techniques génomiques”).

Nouvelles techniques génomiques et évaluation des variétés - Rapport du CTPS - 08 décembre 2022 Info + - réglementation union européenne semences

La Commission européenne a annoncé en 2021 une initiative sur les plantes issues de certaines nouvelles techniques génomiques (NGT). Il s’agit d’adapter les procédures d’autorisation et d’évaluation des risques ainsi que les exigences de traçabilité et d’étiquetage, tout en maintenant un haut niveau de protection de la santé et de l’environnement.

Dans ce contexte, le ministère chargé de l’agriculture a saisi en novembre 2021 le Comité scientifique du CTPS (Comité technique permanent de la sélection des plantes cultivées) afin qu’il éclaire, sur la base de la littérature scientifique et technique, l‘incidence des NBT (New Breeding Techniques - nouvelles techniques de sélection des plantes) sur l’évaluation des variétés et leur mise en marché. Cette saisine faisait suite à une première étude conduite par le CTPS en 2016.

Cette saisine s’inscrit dans l’action 25 du plan « Semences et plants pour une agriculture durable » relative à la mobilisation des acquis scientifiques disponibles en amont de l’élaboration de la réglementation.

Le rapport en réponse à cette saisine a été remis en novembre 2022.

Il conclut notamment que l’utilisation des techniques d’édition du génome ne remet pas en cause les principes majeurs de l’évaluation des variétés en vue de leur inscription au catalogue des variétés. Il faudrait toutefois faire une distinction entre les caractères semblables ou proches de ce qui peut être obtenu par la sélection conventionnelle, qui ne nécessiteraient pas de modification du processus d’évaluation des variétés, et les caractères nouveaux disruptifs, qui nécessiteraient une adaptation des règles d’inscription applicables.

Le rapport souligne les difficultés d’une coexistence sur le marché de variétés issues de NBT et de variétés non issues de NBT, du fait notamment des limites liées à la détection. Il conclut également que l’acceptabilité sociétale doit être prise en compte et doit conduire à réfléchir aux traits dont l’édition permettrait un bénéfice largement partagé par les différents acteurs. Le rapport souligne que le développement des NBT et de brevets sur les traits édités conduira à un renforcement des questions liées à la propriété intellectuelle. Les enjeux portent notamment sur l’accès à l’information sur les brevets attachés aux variétés et sur l’accès à ces variétés pour les programmes de sélection.

À télécharger :

Rapport du CTPS pdf - 1.57 Mo

Résumé exécutif pdf - 145.91 Ko

Résumé exécutif (english version) pdf - 229 Ko

Voir aussi :

Semences : foire aux questions 11 juin 2021Alimentation

Les semences, clé d’une agriculture plus résiliente et durable 11 juin 2021Alimentation

OGM : les nouvelles technologies de sélection 03 janvier 2023Santé / Protection des végétaux

Fichier:Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.svg — Wikipédia

Source : https://agriculture.gouv.fr/nouvelles-techniques-genomiques-et-evaluation-des-varietes-rapport-du-ctps

Retour au contenu des Compléments en annexes

Ces nouveaux OGM, issus de NGT, qui pourraient s’introduire dans nos assiettes. Document Greenpeace - Accueil Campagnes AgricultureOGM, j’en veux pas

Agriculture - Les organismes génétiquement modifiés (OGM) ont refait surface d’une manière fracassante dans le débat public via ce que les industriels appellent des « NBT  » (new breeding techniques, en français « nouvelles techniques de sélection ») ou encore des “NGT” (new genomic techniques, en français “nouvelles techniques génomiques”). On vous explique ce sujet complexe et à hauts risques.

OGM : une réglementation européenne stricte pour contrer les risques

Un organisme génétiquement modifié (OGM) est un organisme dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement pour lui donner une nouvelle propriété (
1). En Europe, les OGM utilisés pour l’alimentation humaine font l’objet d’une régulation stricte (2). Avant d’être autorisée à l’importation ou à la production en Europe, chaque culture GM est ainsi soumise à un protocole visant à « protéger la santé humaine et l’environnement », qui inclut une évaluation au cas par cas des risques pour l’environnement et la santé. Chaque produit fabriqué avec des OGM et commercialisé en Europe doit par ailleurs être étiqueté, par souci de transparence. Le lait, les œufs et la viande issus des animaux nourris avec des OGM sont les seules exceptions notables à cette règle.

Cette réglementation est largement justifiée au vu des dangers que représentent les OGM, tant pour l’environnement que pour la santé ou l’économie. Les OGM sont en effet susceptibles d’être disséminés de manière incontrôlée dans l’environnement, une partie d’entre eux favorise l’épandage de pesticides, leur innocuité n’a jamais été prouvée et leur utilisation renforce le poids économique d’une poignée de multinationales comme Monsanto-Bayer, contribuant ainsi à l’industrialisation de l’agriculture et à la fin du monde paysan. 

Les NBT ne doivent pas échapper à la réglementation OGM

Depuis plusieurs années, les semenciers et l’agrochimie mettent en avant de nouvelles techniques de modification génétique et plus précisément des techniquesd’édition du génome ou édition génomique. Ils utilisent pour les désigner le terme trompeur de NBT (pour new breeding techniques), laissant ainsi penser qu’il s’agit uniquement de techniques de sélection. Les industriels les décrivent comme étant plus précises que la transgénèse, technique principalement utilisée jusqu’alors pour créer des OGM. Ils affirment que les produits issus de ces nouvelles techniques ne seraient pas des OGM car ils ne seraient pas porteurs de gènes provenant d’espèces non apparentées (« ADN étranger » ou « transgènes »). Selon leur raisonnement, les produits fabriqués à partir des NBT ne devraient donc pas être soumis au cadre réglementaire relatif aux OGM.

Cet argument est infondé. La Directive européenne 2001/18 définit un « organisme génétiquement modifié (OGM)  » en se basant sur la technique à travers laquelle il a été créé. Selon la loi, il s’agit d’un «  organisme, à l’exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle. » (Article 2.2). Cette définition a du sens car c’est la technique utilisée qui amène invariablement aussi bien des effets attendus qu’inattendus, y compris des changements imprévisibles de l’ADN et de son fonctionnement, ce qui peut compromettre la sécurité sanitaire et environnementale des produits finaux. Et cela indépendamment de la présence ou non de transgènes. Ainsi, la réglementation en vigueur sur les OGM doit s’appliquer aux aliments issus des techniques d’édition du génome. Pour y échapper, ces techniques devraient pouvoir présenter un « niveau de sécurité avéré depuis longtemps », ce qui n’est pas le cas.

NBT : quels sont les risques ?

Les industriels font pression pour créer un cadre réglementaire propre aux organismes créés via des NBT (3), arguant que les manipulations effectuées ne conduisent pas à l’introduction d’un gène étranger et qu’elles présenteraient moins de risques. Cet argument est erroné. Comme évoqué précédemment, c’est la technique utilisée qui engendre le risque d’erreurs génétiques, indépendamment de l’introduction ou non d’un gène étranger. On dispose désormais d’un nombre abondant d’articles scientifiques qui montrent que les techniques d’édition du génome peuvent amener des erreurs génétiques (4), tout comme les anciennes techniques telles que la transgénèse. Il est en réalité impossible d’évaluer aujourd’hui précisément les dangers liés à ces nouvelles techniques, qui peuvent avoir un impact sanitaire et environnemental. 

Cultiver et disséminer dans la nature des plantes génétiquement modifiées dont on ne peut donc pas anticiper les effets menace la biodiversité et la pérennité de notre agriculture, en plus d’en favoriser l’industrialisation.

Le gouvernement français : pro-OGM

Il n’y a donc aucune raison valable justifiant que les OGM produits grâce aux techniques d’édition du génome échappent à la réglementation européenne sur les organismes génétiquement modifiés. Le principe de précaution doit être appliqué face aux arguments avancés par les industriels, et les produits créés via ces nouvelles techniques doivent être juridiquement considérés comme des OGM.

C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) dans un arrêt de juillet 2018 stipulant que tous les Etats membres devaient appliquer le cadre réglementaire en vigueur pour les OGM issus de techniques d’édition du génome mais aussi de mutagenèses plus récentes (ceux que l’on appelle OGM « cachés »). Le gouvernement ne l’a pas fait : il est aujourd’hui dans l’illégalité puisqu’il n’a pas respecté le délai fixé par le Conseil d’Etat dans sa décision du 7 février 2020. Plus grave encore, le 7 janvier 2021, profitant de l’inaction politique à ce sujet, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, s’est officiellement prononcé en faveur des nouveaux OGM dans un média agricole.

Cela n’est pas anodin, alors que la Commission européenne est en train d’étudier la possibilité de rouvrir la directive européenne fixant le cadre légal relatif aux OGM. Les lobbies de l’agro-chimie et des semenciers sont donc de nouveau à l’œuvre, et l’attentisme du gouvernement est dangereux au vu des risques que présentent les techniques d’édition du génome. Durant les prochains mois, nous maintiendrons la pression afin que les aliments produits par des nouvelles techniques soient soumis au cadre réglementaire en vigueur sur les OGM. Car c’est le droit des consommateurs et des consommatrices de savoir ce qui se trouve dans leur assiette et de choisir de consommer, ou non, des OGM. C’est aussi le droit des agriculteurs et agricultrices, notamment en agriculture biologique, d’être protégés par un cadre réglementaire clair. Or, seule une réglementation de ces nouvelles techniques dans le cadre relatif aux OGM le permettra, en rendant obligatoires une évaluation préalable, une traçabilité et un étiquetage.

Si vous avez des informations relatives au sujet abordé dans cet article, vous pouvez nous contacter à l’adresse investigation@greenpeace.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter sur le site Greenleaks.

Notes :


(1) La Directive européenne 2001/18 définit un OGM comme un « organisme, à l’exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle. » (Article 2.2). (retour au texte)


(2) Les principales lois qui réglementent les OGM sont la Directive 2001/18, le Règlement 1829/2003 et le Règlement 1830/2003. Ces textes n’interdisent pas la dissémination d’OGM ou de produits dérivés d’OGM dans l’environnement. Mais elles exigent l’évaluation des risques, la détectabilité et l’étiquetage. Et la Directive 2001/18 détermine si un organisme doit se soumettre ou non à la réglementation relative aux OGM. (retour au texte)


(3) De nombreux documents permettent d’attester des pressions exercées par les lobbies industriels pour déréglementer les nouveaux OGM. En mars 2021, l’ONG Corporate Europe Observatory publiait tout un ensemble de documents intitulé “CRISPR-Files” démontrant ces pressions. Greenpeace avait par ailleurs documenté avec d’autres organisations les pressions exercées sur la Commission européenne par les semenciers américains dès 2015. (retour au texte)

(4) Une revue des publications existantes a notamment été effectuée en 2020 par Kawall et al. Elle est disponible à cette adresse. (retour au texte)

Découvrir : MissionValeursMéthodeTransparence financièreFonctionnementHistoire & victoiresLes bateaux de Greenpeace

S’informer : Dérèglement climatiqueSortie du nucléaireAgriculture écologiqueDéforestationProtection des océansPaix et désarmementToutes nos actusToutes nos campagnesNos communiqués de presse

Agir : S’abonner à la newsletterNous suivre sur les réseauxSigner nos pétitionsAgir au quotidienRejoindre un groupe localDevenir bénévoleFaire un donFaire un legs à notre associationPhilanthropie et mécénatRejoindre notre équipe salariée Vous êtes lanceur d’alerte ?Nous contacter 

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Les autres sites de Greenpeace dans le monde - Greenpeace13 rue d’Enghien 75010 Paris Tel : 01 80 96 96 96 - © Greenpeace France 2023 - Crédits photographiques : © Pierre Baelen / Greenpeace)

Logo-Greenpeace - ERE43

Source : https://www.greenpeace.fr/les-nbt-fausses-solutions-vrais-ogm/

Retour au contenu des Compléments en annexes

Retour au début du document traduit


Collecte de documents et agencement, traduction, [compléments] et intégration de liens hypertextes par Jacques HALLARD, Ingénieur CNAM, consultant indépendant – 05/
01/2023

Site ISIAS = Introduire les Sciences et les Intégrer dans des Alternatives Sociétales

http://www.isias.lautre.net/

Adresse : 585 Chemin du Malpas 13940 Mollégès France

Courriel : jacques.hallard921@orange.fr

Fichier : ISIAS OGM Détection Programme Félix.4.docx

Mis en ligne par le co-rédacteur Pascal Paquin du site inter-associatif, coopératif, gratuit, sans publicité, indépendant de tout parti, un site sans Facebook, Google+ ou autres GAFA, sans mouchard, sans cookie tracker, sans fichage, un site entièrement géré sous Linux et avec l’électricité d’Énercoop , géré par Yonne Lautre : https://yonnelautre.fr - Pour s’inscrire à nos lettres d’info > https://yonnelautre.fr/spip.php?breve103

http://yonnelautre.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1769-a3646.jpg?1510324931

— -